Accueil Investissements financiers Fiscalité, impôts et optimisation Investissement locatif : quel impact sur votre déclaration d’impôts ?

Investissement locatif : quel impact sur votre déclaration d’impôts ?

299
0
Investissement locatif : quel impact sur votre déclaration d'impôts ?

Dans le contexte actuel, l'investissement apparaît comme une solution à la portée des français désireux de faire fructifier leur et d'accroître leurs revenus fonciers. Cependant, cette décision ne doit pas être prise à la légère. En effet, elle implique des implications fiscales qui nécessitent une maîtrise certaine. Le but de cet article est de vous éclairer sur les impacts de l'investissement locatif sur votre déclaration d'impôts.

Déclaration d'investissement locatif : les bases à connaître

Un investissement rentable sous conditions

L'attractivité de l'investissement locatif réside dans sa double : la valorisation du et les revenus issus des loyers. Cependant, ces revenus doivent être déclarés aux impôts et sont donc sujets à imposition.

Fonctionnement de la déclaration d'investissements locatifs

Les revenus perçus grâce à un bien mis en doivent être reportés dans votre déclaration d'impôts. Ils seront alors soumis au barème progressif de l'impôt sur le , après avoir été minorés par un abattement pour frais.

Après avoir clarifié les bases de la déclaration d'investissement locatif, il est temps de prendre des différents régimes fiscaux applicables.

Les régimes fiscaux applicables à l'investissement locatif

Régime Micro-

Le régime Micro-foncier est applicable si vos revenus locatifs ne dépassent pas 15 000€ par an. Il permet de bénéficier d'un abattement forfaitaire de 30% pour frais et charges.

Régime réel

Si vos revenus locatifs dépassent les 15 000€ annuels, ou si vous choisissez ce régime volontairement, vous serez alors sous le régime réel. Ce dernier vous permet de déduire l'ensemble des charges réelles liées à votre bien immobilier.

Maintenant que nous avons évoqué les différents régimes fiscaux, explorons ensemble les charges que vous pouvez déclarer.

Charges déductibles : ce que vous pouvez déclarer

Les charges courantes

Sous le régime réel, il est possible de déduire plusieurs types de charges comme les frais de gestion, les primes d'assurances ou encore les dépenses d'entretien et de réparation.

Lire aussi :  Bourses d'études et investissements éducatifs : comment maximiser le ROI ?

Les travaux déductibles

Les travaux effectués sur le bien loué sont également déductibles. Cela inclut par exemple les travaux d'amélioration ou encore ceux liés à la conservation du .

Avant d'attaquer le sujet des dispositifs en vigueur pour optimiser sa fiscalité immobilière, il est nécessaire de comprendre comment fonctionnent l'amortissement et la déduction des intérêts d'emprunt.

L'amortissement et la déduction des intérêts d'emprunt : règles et calculs

Règles de l'amortissement

L'amortissement est une charge déductible du résultat imposable. Elle correspond à la perte de valeur du bien immobilier au cours du temps.

Déduction des intérêts d'emprunt

Les intérêts d'emprunts sont également déductibles de vos revenus fonciers. Cela concerne les intérêts des prêts contractés pour l'acquisition, la construction, ou encore les gros travaux sur le bien loué.

Passons maintenant à la dernière partie de notre article : comment optimiser sa fiscalité immobilière grâce aux dispositifs en vigueur.

Optimiser sa fiscalité immobilière grâce aux dispositifs en vigueur

L'investissement locatif Pinel

Le dispositif Pinel, permet de bénéficier d'une réduction d'impôt allant jusqu'à 21% du montant investi dans l'immobilier neuf, à condition de le louer nu à usage d'habitation principale pendant 6 ans au minimum.

Lmnp et Scellier intermédiaire

D'autres dispositifs tels que le statut LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) ou la Scellier intermédiaire peuvent également vous aider à optimiser votre fiscalité.

Nous venons donc de faire un tour d'horizon complet des impacts fiscaux liés à l'investissement locatif. En résumé, l'usage est de connaître les bases de la déclaration d'impôt sur le revenu et des régimes fiscaux applicables. Il ne faut pas négliger les charges déductibles, ni l'amortissement et la déduction des intérêts d'emprunt. Enfin, optimiser sa fiscalité immobilière grâce aux dispositifs en vigueur peut être un véritable levier de rentabilité.

4.5/5 - (11 votes)

En tant que jeune média indépendant, secret-defense.org a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News