Accueil Actualités Michelin s’engage pour un salaire décent à ses employés

Michelin s’engage pour un salaire décent à ses employés

188
0
Michelin-Logo

Michelin a annoncé son engagement à offrir un salaire décent à ses 132 000 employés dans le monde, adapté au coût de la vie local. Cependant, les syndicats restent sceptiques quant à la suffisance de ces mesures pour couvrir les besoins des salariés et soulignent l'incertitude concernant l'avenir de certaines usines.

L'engagement de Michelin pour une rémunération

Le groupe Michelin a annoncé la mise en place d'un « salaire décent » pour ses 132 000 employés à travers le monde. Cet engagement vise à garantir à chacun d'avoir les moyens de subvenir à ses besoins essentiels, mais aussi de pouvoir profiter de loisirs et d'épargner.

Un salaire adapté au coût de la vie local

Selon Florent Menegaux, président du groupe Michelin, ce salaire « décent » représente en moyenne entre 1,5 et 3 fois le salaire minimum légal de chaque pays. Les montants ont été définis en fonction du coût de la vie local :

  • À Paris, il s'élève à 39 638€ brut par an, soit environ 2500€ net par mois
  • À Clermont-Ferrand, siège de l', il est de 25 356€ brut annuels, représentant 1650€ net mensuels
  • À Pékin, il atteint 69 312 yuans, 2,5 fois le salaire moyen chinois
  • Aux États-Unis, à Greenville, il se monte à 42 235 dollars, presque le triple du salaire minimum

Cette différenciation géographique permet d'ajuster la rémunération aux réalités économiques de chaque région.

Seulement 5% des salariés concernés

Michelin précise que ce dispositif a été déployé progressivement depuis 2021, en collaboration avec l'ONG Fair Wage Network. À l'époque, 95% des employés touchaient déjà au moins ce « salaire décent ». Ainsi, en 3 ans, seuls 5% des effectifs, soit 6600 personnes dans le monde, ont vu leur paie augmenter grâce à cette mesure.

Les critiques des syndicats

Si les syndicats saluent l'initiative, ils émettent toutefois quelques réserves. La CGT dénonce l' abusif du terme « salaire », arguant qu'il s'agit en de la « rémunération » globale puisque des primes variables y sont incluses. Le syndicat pointe aussi du doigt la persistance de coefficients en-dessous du SMIC chez Michelin et milite pour un salaire d'entrée à 2200€ net, étant donné les qualifications requises.

De vives réactions syndicales face à l'annonce

Après l'annonce par Michelin de la mise en place d'un « salaire décent » pour ses salariés à travers le monde, les réactions syndicales n'ont pas tardé, exprimant un certain scepticisme sur la réalité et l'ampleur de cette mesure.

Lire aussi :  Rentabilité des obligations : savoir lire entre les lignes

Des inquiétudes sur la portée réelle de l'annonce

Les syndicats CGT et Sud ont rapidement pointé du doigt l'écart potentiel entre les chiffres annoncés et la réalité sur le terrain. Selon eux, de nombreux salariés, notamment les nouveaux embauchés, peineraient encore à joindre les deux bouts malgré les promesses d'un salaire « décent ».

À Clermont-Ferrand par exemple, historique du groupe, le salaire net serait aux alentours de 1700 euros, ce qui est jugé insuffisant pour couvrir tous les besoins d'une de quatre personnes comme le promet Michelin. « On a de plus en plus de salariés qui sont en mode survie depuis des années, et à qui ce salaire ne permettra pas de sortir la tête de l' », dénonce un représentant CGT.

Interrogations sur la prise en compte des primes

Un autre point d'achoppement concerne la manière dont est calculé le fameux « salaire décent ». La CGT accuse la direction d'intégrer diverses primes aléatoires et variables (primes de , de salissure…) dans sa définition de la rémunération « décente », alors que celles-ci ne font pas partie du salaire de base et ne comptent pas pour le calcul de la retraite.

Salaire « décent » annuel brut Équivalent mensuel net
Paris 39 638 € ~2500 €
Clermont-Ferrand 25 356 € ~1650 €

Appels à une véritable

Au-delà des critiques sur les modalités, les syndicats plaident surtout pour une véritable d'augmentation des salaires, estimant que l'entreprise a les moyens de mieux répartir les richesses produites:

  • La CGT réclame un salaire d'entrée à 2200 € net, soit 600 € de plus que le « décent » annoncé
  • Ils dénoncent les écarts grandissants entre smicards et hauts cadres aux « bonus à 6 chiffres »
  • Ils appellent à des garanties plus solides qu'une simple promesse dans un contexte de menaces sur l'emploi

Si l'initiative est saluée sur le principe, elle est donc loin de répondre à toutes les attentes des salariés qui attendent des mesures plus ambitieuses et concrètes pour réellement améliorer leur quotidien et leurs perspectives.

Un avenir incertain pour certaines usines

Malgré cette annonce d'un salaire décent par Michelin pour ses 132 000 employés dans le monde, les syndicats CGT et Sud expriment leur scepticisme. Ils critiquent le manque de concertation préalable et relativisent la mesure dans un contexte de fermetures d'usines.

Lire aussi :  Guide complet pour choisir la meilleure assurance-vie

Un salaire variable selon les régions

Michelin définit ce salaire décent comme étant compris entre 1,5 et 3 fois le salaire minimum. En France, il serait de 3 303 euros brut par mois à Paris (soit 2 576 euros net) et de 2 013 euros brut à Clermont-Ferrand (1 648 euros net). Le SMIC actuel est de 1 766 euros brut.

Les syndicats jugent que l'entreprise parle abusivement de « salaire », alors qu'elle englobe en réalité dans son calcul des primes variables d'une année sur l'autre. De plus, ils dénoncent l'instauration de fait d'un salaire différencié selon les régions, remettant en cause la valeur protectrice du SMIC.

Peu de salariés concernés par la mesure

La mise en place progressive du dispositif depuis 2021 fait qu'en réalité, seuls 5% des salariés du groupe (soit 6 600 personnes dans le monde) ont vu leur revenu augmenter pour atteindre ce seuil « décent ». 95% des employés se trouvaient déjà à ce niveau auparavant.

La CGT milite pour des salaires d'entrée à 2 200 euros net chez Michelin, compte tenu des qualifications requises, loin des 1 648 euros net proposés pour Clermont-Ferrand. Elle pointe aussi la persistance de salariés rémunérés en dessous du SMIC.

Dans un contexte de fermetures de sites, les syndicats s'interrogent sur la portée réelle de cette annonce, y voyant un coup de communication alors que l'avenir de certains emplois reste incertain. Ils réclament de véritables garanties et une meilleure concertation sur la stratégie future de l'entreprise.

L'essentiel à retenir sur l'engagement de Michelin pour un salaire décent

L'annonce de Michelin d'offrir un salaire décent à ses employés soulève des questions parmi les syndicats. Malgré cette promesse, l'inquiétude demeure quant à la capacité de ces mesures à répondre aux besoins réels des salariés et à la pérennité de l'emploi dans certains sites. Une communication transparente et une véritable concertation avec les représentants des travailleurs semblent nécessaires pour garantir la préservation des intérêts des employés.

4.9/5 - (9 votes)

En tant que jeune média indépendant, secret-defense.org a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News