Accueil Histoire du renseignement Grandes affaires d'espionnage historiques Mossad et Opération Wrath of God : représailles après Munich 1972

Mossad et Opération Wrath of God : représailles après Munich 1972

82
0
Mossad et Opération Wrath of God : représailles après Munich 1972

En septembre 1972, était témoin d'une tragédie sans précédent lors des Jeux olympiques de Munich : l'enlèvement et l'assassinat de 11 athlètes israéliens par le groupe extrémiste palestinien Septembre noir. En réponse à cet acte de violence épouvantable, israël a lancé une opération secrète et controversée de connue sous le nom de « Colère de Dieu ». Menée par le Mossad, elle visait à traquer et éliminer les individus impliqués dans la planification et l'exécution du massacre.

Tragédie olympique : le drame de Munich 1972

Contexte et déroulement des événements

Dans la nuit du 5 au 6 septembre, huit membres de Septembre noir pénètrent dans le village olympique. Ils prennent en otage 11 athlêtes israéliens. Malgré une tentative désespérée de sauvetage par les autorités allemandes, tous sont tués.

Impact mondial et réactions internationales

Cet acte terroriste a fortement marqué la mémoire collective. Il reste gravé comme un moment sombre dans l'histoire des Jeux olympiques. Face à cette situation inédite, les réactions ont été diverses : consternation générale, appels à la paix mais aussi appels à la vengeance en Israël.

Au regard du drame vécu et des pressions nationales, l' d'Israël se prépare à riposter.

L'opération « Colère de Dieu » : genèse d'une vengeance étatique

Naissance et objectifs de l'opération

Autorisée par la Première ministre israélienne , l'opération « Colère de Dieu », également connue sous le nom d'opération Baïonnette (), est mise en place. Sa finalité : identifier et éliminer les responsables directs et indirects du massacre.

Une action prolongée dans le temps

Cette opération secrète a duré plus de 20 ans. Le Mossad a mis sur pied des équipes spéciales pour mener ces assassinats ciblés à travers l'. Des actions militaires ont également été menées, notamment au Liban.

Le choix des cibles nécessitait une planification soignée et secrète.

Le Comité X et la « liste Golda » : cibles et planification secrète

Identification des adversaires

Grâce à un comité secret appelé le « Comité X », une liste de personnes impliquées dans l' de Munich est dressée, connue comme la « liste Golda ». Cette dernière constituera la base des missions d'élimination du Mossad.

Lire aussi :  Agent double zéro : ian Fleming et l'inspiration derrière James Bond

Ces missions marquent une ère de controverses autour des méthodes employées par Israël.

Les missions d'assassinat du Mossad : entre et controverse

Justice ou vengeance ?

Israël considère ces missions comme une forme de justice pour les victimes du massacre. Cependant, cette approche a suscité de nombreuses controverses. L'élimination ciblée des individus listés est perçue par certains comme un acte de vengeance plutôt que de justice.

Répercussions sur le plan international

Les actions menées par le Mossad ont engendré des réactions violentes du groupe Septembre noir, y compris des attaques contre des membres du gouvernement israélien. Elles ont également soulevé des questions quant à la légalité et l'éthique de cette opération.

Ces questions nous conduisent à examiner les implications légales et diplomatiques de l'opération Colère de Dieu.

Répercussions internationales et légalité du droit de poursuite

L'application controversée du droit d'autodéfense

Avec l'opération « Colère de Dieu », israël se situe au cœur d'un débat juridique intense : celui du droit d'autodéfense préemptive. Les assassinats ciblés sont-ils conformes au droit international ? Cette question divise encore aujourd'hui experts, juristes et politiciens.

L'influence sur la diplomatie internationale

Les actions d'Israël ont eu des répercussions diplomatiques majeures, modifiant notamment ses relations avec plusieurs pays européens.

Alors que les échos diplomatiques perdurent, la mémoire collective autour de l'opération Colère de Dieu reste marquée par le conflit et la controverse.

L'héritage conflictuel : mémoire collective et enjeux diplomatiques

Une mémoire nationale douloureuse

En Israël, le souvenir du massacre de Munich demeure vivace. Il est associé à une période intense de représailles qui a profondément marqué l'histoire du pays.

Mémoire internationale et perception d'Israël

Sur le plan international, l'opération « Colère de Dieu » a influencé la perception d'Israël. Le débat sur la légitimité de ses actions continue à créer des divisions.

Lire aussi :  Vies secrètes : Richard Sorge, l'espion qui venait du Japon

Au-delà des perceptions subjectives, il est essentiel de souligner le rôle stratégique de la communication dans cette affaire.

La communication stratégique d'Israël à travers les représailles

Message fort adressé aux ennemis d'Israël

Avec l'opération « Colère de Dieu », israël a envoyé un message fort à ses adversaires : aucune attaque contre son peuple ne resterait impunie.

Influence sur la réputation internationale d'Israël

Cependant, cette approche a aussi impacté sa réputation sur la scène internationale. Si certains y ont vu un acte courageux, d'autres ont critiqué son recours à des méthodes extrajudiciaires.

Finalement, c'est grâce au travail des chercheurs et historiens que nous avons pu comprendre l'opération dans toute sa complexité.

Des ouvertes aux révélations tardives : comprendre aujourd'hui l'opération

L'accès à des documents déclassifiés

Ces dernières années, la publication de documents déclassifiés a permis d'éclaircir certains aspects obscurs de cette opération.

Réflexions contemporaines et perspectives futures

Aujourd'hui, les chercheurs continuent d'étudier et d'interroger cet épisode historique. Leur travail vise à établir une compréhension plus nuancée de l'opération « Colère de Dieu » dans son contexte historique, politique et moral.

L'histoire du Mossad et de l'opération « Colère de Dieu » continue d'être un sujet de débat intense, offrant un éclairage unique sur les dilemmes moraux posés par le terrorisme et les efforts pour le combattre.

Pour résumer, la tragédie olympique de Munich en 1972 a conduit Israël à mettre en œuvre une opération secrète visant à punir ceux qu'il considérait comme responsables. L'ampleur et la durée de cette mission, ainsi que ses implications politiques, juridiques et éthiques, continuent d'alimenter les discussions. L'héritage conflictuel laisse place à des questions restées sans réponse : justice ou vengeance ? Droit légitime ou non au droit international ? Une chose est certaine : cet événement marque un tournant dans la manière dont les États réagissent face au terrorisme.

4.3/5 - (11 votes)

En tant que jeune média indépendant, secret-defense.org a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News