Moscou et Pékin veulent substituer leurs monnaies au dollar

Publication: 31/10/2017

Face à la montée grandissante du dollar, la Russie et la Chine souhaitent consolider leurs échanges commerciaux en utilisant leurs monnaies nationales. Après un premier accord bilatéral acté en 2014, Moscou et Pékin ont donc renouvelé ce partenariat pour une durée de trois ans et pour un montant équivalent à 21,5 milliards d’euros (25 Mds $).

D’après le site RT, “cette opération, qui revient à créer une chambre de compensation yuan/rouble, permet aux deux pays de libeller les montants de leurs échanges de biens et services en monnaies nationales, rouble et yuan, sans passer par le dollar ou l’euro.”

Cette politique porte d’ailleurs largement ses fruits, confirme le vice-Premier ministre russe, Sergueï Prikhodko : “La part des échanges commerciaux de la Russie libellée en roubles augmente de manière continue (à l’international). Ainsi, de 2016 à 2017, elle serait passée de 13% à 16% pour les importations, et de 16% à 18% pour les exportations.”

Un partenariat à haut potentiel

Parallèlement, les deux géants ont accordé leurs violons en utilisant des systèmes bancaires mutuels. C’est déjà le cas pour “plusieurs banques russes qui ont déjà rejoint le China International Payment System (CIPS), un système de paiement interbancaire international en yuan garanti par la Banque populaire de Chine.” Du côté asiatique, Union Pay a passé un accord avec le Russe NSPK .

Pour rappel, les échanges commerciaux sino-russes ont atteint l’équivalent de 70 milliards de dollars en 2016; ces derniers ambitionnant de franchir la barre des 80 milliards en 2018 et 200 milliards d’ici 2020.

Source : RT

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays,... Voir l'article

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

  • Urgent

    Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

    Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays, le régime de Bachar al-Assad... Voir l'article

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article