Bayer a tenté plus qu’un coup de poker avec Monsanto

Le groupe allemand s’est-il tiré une balle dans le pied en rachetant l’Américain Monsanto en juin 2018 ? La multiplication des déboires judiciaires liée au « round-up », produit phare du géant des biotechnologies agricoles, corrobore en tout cas cette hypothèse.

Et pour cause, depuis l’affaire “Dewayne Johnson”, du nom de ce jardinier américain dédommagé en août 2018 à hauteur de 289 millions de dollars par un tribunal californien en raison du lien direct existant entre l’utilisation régulière du pesticide et son cancer en phase terminale, Bayer a perdu 42 % de sa valeur boursière… Et ne pèse désormais plus que 51 milliards de dollars, au lieu de 136 en 2015. Soit moins que les 56 milliards déboursés pour acquérir Monsanto, relève L’Express.

Pire, cette spirale négative ne semble pas trouver d’accalmie. Dernier événement en date, « l’amende record infligée lundi 13 mai par un jury d’Oakland, qui condamne le groupe à verser 2 milliards de dollars aux époux Pilliod, tous deux retraités et atteints d’un lymphome non-hodgkinien, une forme de cancer. »

Vers un tornade judiciaire

Si les chiffres font logiquement tourner les têtes, l’avenir laisse quant à lui présager d’une déferlante majeure que la firme outre-Rhin aura bien du mal à canaliser. Des dizaines de milliers de recours de ce type sont en effet en cours d’instruction à travers le globe.

Dans les faits, Bayer avait misé une grande partie de son avenir financier sur la disparition du nom « Monsanto ». Synonyme des dérives de l’agrochimie associées aux Monsanto Papers, la marque était trop lourde à porter pour son nouveau propriétaire qui espérait que ce changement d’identité permette de faire oublier les différents scandales et participe à la valorisation du groupe.

Malheureusement, cette opération de communication n’a pas suffi à convaincre le public, les victimes, mais aussi les activistes. Résultat, ce coup de poker médiatique s’est transformé progressivement en véritable flop.

A suivre…

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.