Election en Guinée : comment le clan d’Alpha Condé aurait organisé la fraude

Publication: 30/10/2020

Près de deux semaines après le premier tour de la présidentielle, les deux hommes forts de Guinée, le président sortant Alpha Condé et le principal opposant Cellou Dalein Diallo, revendiquent la victoire. Sans surprise, les instances officielles du pays donnent Alpha Condé vainqueur. Alors que l’Union européenne met en doute la « crédibilité du résultat, notamment en ce qui concerne la remontée des PV et le décompte final des votes”, 4 commissaires de la CENI dénoncent eux-aussi de « graves anomalies ». Secret Défense s’est entretenu avec un responsable de la commission électorale de l’UFDG, le parti de Cellou Dalein Diallo, qui nous a expliqué comment, selon lui, cette fraude massive s’est organisée afin de faire élire Alpha Condé une troisième fois.

Cellou Dalein Diallo largement vainqueur

Dès 22h, ce dimanche 18 octobre, date du premier tour de l’élection, les premières tendances se dessinent. Selon l’équipe de Cellou Dalein Diallo, elles donnent le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) largement vainqueur. Comment ces estimations sont-elles connues, et à quel point sont-elles fiables ? Notre contact nous explique que trois niveaux de vérification et de transmission ont été mis en place :

–       Un système SMS, permettant à 32 000 délégués de l’UFDG répartis dans les 15 000 bureaux de vote du pays de communiquer par SMS, en temps réel, les résultats, via des serveurs domiciliés en France, aux Etats-Unis, en Chine, au Japon et au Sénégal, à un logiciel chargé de les centraliser. Ces délégués inséraient les résultats dont ils prenaient connaissance dans des SMS pré-rédigés contenant des codes, rendant impossible toute tentative de fraude.

–       Un système de prise de photos des procès-verbaux via tablettes Androïd. 990 de ces tablettes étaient réparties sur l’ensemble du territoire national. 1000 opérateurs de saisie étaient mobilisés pour entrer les données et les faire parvenir au QG de l’UFDG.

–       Des call centers ont été mis en place, réunissant 750 personnes chargées d’appeler les bureaux de vote à l’issue du scrutin, afin de confirmer les chiffres collectés via les méthodes SMS et tablettes Androïd.

Ces trois niveaux de collecte, de calcul et de vérification des votes ont tous corroboré l’avance confortable de Cellou Dalein Diallo dans nombre de régions de Guinée, et sa victoire à l’échelle du pays, dès le premier tour, avec un score compris entre 53 % et 58 % des suffrages, selon une annonce effectuée le mardi 20 octobre par Ousmane Gaoual Diallo, le directeur de la communication de l’UFDG.

Alors pourquoi, comment, avec une telle avance, la CENI a-t-elle fini par proclamer la victoire de son concurrent Alpha Condé ?

Faux procès-verbaux

Selon Fodé Oussou Fofana, directeur de campagne de M. Diallo, « les administrateurs territoriaux, les forces de défense et de sécurité, les ministres, les hauts cadres de l’administration centrale et certains magistrats (ont tous été) mobilisés pour réaliser cette fraude à grande échelle. » Une CENI dont 4 des 17 commissaires viennent d’ailleurs de se désolidariser, dénonçant, rapport de 22 pages à l’appui, de « graves anomalies dans l’organisation de l’élection présidentielle du 18 octobre » qui « affectent la sincérité des résultats provisoires ». Par exemple, renseigne Le Point, « la présence de deux délégués du parti au pouvoir dans certains bureaux de vote, au lieu d’un en principe, « des écarts entre les suffrages exprimés et la somme des suffrages obtenus par les différents candidats, et le déversement de cet écart sur le nombre total de bulletins nuls sans aucune base juridique », « le vote multiple et massif de militaires par dérogation dans plusieurs bureaux de vote », des urnes « transportées dans des destinations inconnues » par des agents de l’Unité spéciale de sécurisation des élections (USSEL, force de gendarmes et de policiers) sans que le dépouillement n’ait été effectué au préalable par le bureau de vote, ou encore le « refus de remettre une copie du PV au parti politique vainqueur du bureau de vote ».

C’est sur le tripatouillage des PV que nous alerte d’ailleurs notre contact sur place, selon lequel les PV reçus par la CENI n’étaient bien souvent pas les mêmes que ceux photographiés en sortie d’urnes. Quitte, pour le clan au pouvoir, à forcer le trait, en dénombrant par exemple 700 bulletins pro Alpha Condé dans des bureaux de vote où on ne recensait que 500 inscrits. Des fraudes donnant, en Haute-Guinée, fief d’Alpha Condé, des taux de participation incohérents, ou à tout le moins improbables, s’élevant à 100,14 % à Faranah, 99,98 % à Kouroussa, 99 % à Siguiri, 98,7 à Kerouané, etc. A contrario, à Boké, 104 bureaux de vote n’ont pas été comptabilisés.

Que faire, face à une fraude si massive et manifeste ? Pour notre contact à Conakry, toutes les institutions étant inféodées à Alpha Condé, « il n’y a rien d’autre à faire que de descendre manifester dans la rue”.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

La Direction générale de l’aviation civile met un stop à la 5G

Le ton monte entre les opérateurs 5G et la Direction générale française de l’aviation civile, confirme le site Kulture Geek.... Voir l'article

Aviation civile : près de 5 millions d’emplois menacés

L’aviation civile tire la langue en cette triste période de pandémie, fustige l’association internationale du transport aérien (IATA). Et pour... Voir l'article

Amnesty International : le rapport empreint de partialité sur la Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, la reprise du dialogue entre le Gouvernement et l’opposition est indispensable à une sortie de crise durable.... Voir l'article

Smart cities : débats singuliers pour un modèle pluriel

Présentée comme un modèle futuriste de rationalisation et d’optimisation de l’urbain, la smart city est pourtant frappée comme les autres... Voir l'article

  • Urgent

    La Direction générale de l’aviation civile met un stop à la 5G

    Le ton monte entre les opérateurs 5G et la Direction générale française de l’aviation civile, confirme le site Kulture Geek. La DGAC émet en effet... Voir l'article

    Aviation civile : près de 5 millions d’emplois menacés

    L’aviation civile tire la langue en cette triste période de pandémie, fustige l’association internationale du transport aérien (IATA). Et pour cause, près de 5 millions... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    L’annonce de l’efficacité à 90% du vaccin Pfizer fait le bonheur de ses dirigeants

    L’officialisation en grandes pompes de l’efficacité à 90% du vaccin anti-Covid du laboratoire Pfizer a permis au président du géant américain, Albert Bourla, et sa... Voir l'article

    Hausse de l’indemnité logement des députés : A quoi joue le gouvernement ?

    Alors que la pandémie Covid-19 pulvérise peu à peu l’économie hexagonale, la hausse de l’indemnité logement des députés de 900 à 1200 euros, décidée par... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article