Tsunami méconnu : Oman a connu le pire il y a 1000 ans

Un groupement international de chercheurs a prouvé l’existence de cet incroyable déchaînement climatique sur les terres ancestrales de Oman.

Selon une information relayée par Catnat, “des chercheurs des universités de Bonn, d’Iéna, de Fribourg et de RWTH Aix-la-Chapelle ont découvert la preuve qu’un tsunami massif, avec des vagues atteignant 15 m, a frappé Oman il y a mille ans”.

Le site spécialisé dans les catastrophes naturelles précise toutefois que les experts ignorent toujours dans quelle mesure les plaques arabe et eurasienne restent bloquées. En ce sens, une étude dédiée est parue dans la revue Marine Geology en janvier 2020.

Une zone encore à risque

Dans les faits, l’équipe a axé ses recherches sur une bande côtière de 200 km située dans la partie nord-est de ce petit pays du golfe Persique.

Le Dr Gosta Hoffman de l’Institut des géosciences de Bonn a notamment expliqué que 41 rochers, emportés à l’époque par les forces des eaux, avaient déjà été identifiés. Avant d’indiquer que certains d’entre eux “se sont probablement formés lorsque le tsunami a écrasé des parties de la falaise, la plus grande pesant environ 100 tonnes métriques”.

Face à cette problématique inquiétante, l’expert milite donc pour “la mise en place d’un système d’alerte précoce aux tsunamis pour cette région”. Et cela, dans les plus brefs délais.

Parallèlement, le site Think Hazard tempère quelque peu cet état de fait et affirme que le risque sismique reste modéré à Oman selon les informations de modélisation actuellement disponibles.

Cela signifie qu’il existe une probabilité de 10% qu’un séisme susceptible de causer des dommages survienne au cours des 50 prochaines années dans cette zone.

A lire aussi : Réchauffement climatique : le pire demeure loin d’être fictionnel

Articles en relation