Coupe du monde 2022 : le Qatar dans la tourmente

Publication: 29/07/2018

Dans son édition du 29 juillet, le Sunday Times porte des allégations équivoques à l’encontre de la campagne qatarie liée à l’attribution de la Coupe du monde de football 2022, que Doha organisera du 21 novembre au 18 décembre de la même année. Accusé de pressions fallacieuses destinées à décrédibiliser le dossier de la concurrence, notamment américaine, le petit Etat du golfe Persique nie en bloc.

Le journal dominical britannique fait en effet état de manipulations du Qatar afin d’évincer Canberra et Washington de la course au Graal 2022.

Ces révélations s’appuient sur une série de documents mentionnant “une collaboration” du comité d’organisation avec une entreprise de relations publiques, BLJ Worldwide, employant d’anciens agents de la CIA. Et cela, afin de propager de fausses informations à l’encontre de ses encombrants rivaux. Quant au lanceur d’alerte, ce dernier aurait directement œuvré pour le dossier qatari.

La candidature de Doha en danger ?

Selon l’intéressé, plusieurs blogueurs et journalistes américains ont été “rémunérés” pour décrédibiliser la candidature du pays de l’Oncle Sam. Mais ce n’est pas tout, car un universitaire US influent ferait aussi partie “du package”. Ce dernier aurait ainsi perçu 9000 dollars en provenance de Doha pour rédiger un rapport dépeignant les répercussions négatives d’un tel événement sur l’économie domestique.

Il est d’ailleurs important de noter que le dossier australien aurait lui aussi fait les frais de “cette stratégie”, bien entendu prohibée par la FIFA. Quoi qu’il en soit, le pavé est déjà dans la marre. Reste à savoir si l’organisation internationale donnera suite à cette affaire quelque peu dérangeante.

Source : Sunday Times

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

De La Rue et Inexto associées au Maroc ? C’est l’industrie du tabac qui se frotte les mains

L’information est révélée par le média marocain Le Desk. De La Rue et Inexto envisageraient une alliance pour remporter le... Voir l'article

Corne de l’Afrique : l’amour ne dure qu’un an ?

Maître de conférence à l’Université catholique de Lille, Sciences Po – USPC, Sonia Le Gouriellec analyse l’actuelle période de transition... Voir l'article

Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre... Voir l'article

Smartphones : après Huawei, Apple à nouveau dépassé par un concurrent chinois

Désormais, l’iPhone de la marque à la pomme est la quatrième référence du marché mondial de smartphones avec 35,3 millions... Voir l'article

  • Urgent

    Corne de l’Afrique : l’amour ne dure qu’un an ?

    Maître de conférence à l’Université catholique de Lille, Sciences Po – USPC, Sonia Le Gouriellec analyse l’actuelle période de transition dans la région de la... Voir l'article

    Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

    Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre sur les futures échéances politiques... Voir l'article

  • personnalites

    Affaire Meng Hongwei : Pékin rompt sa coopération policière avec la France

    Près de huit mois après la disparition de son mari, Hongwei Meng, ex-patron chinois d’Interpol, Grace Meng avait obtenu en mai dernier le statut de... Voir l'article

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

    America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique et militaire des Etats-Unis au... Voir l'article