Zidane et le Qatar : une relation trouble sur la Coupe du monde 2022

Soutien de Zidane à la candidature du Qatar

Alors qu’approche la Coupe du monde au Qatar (lun. 21 nov. 2022 – dim. 18 déc. 2022), le célèbre numéro 10 français, Zinedine Zidane, n’avait pas manqué de mettre les points sur les i sur son curieux soutien à la candidature du petit Etat gazier. Et cela, dans sa biographie parue en novembre 2019.

Déterminante dans l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar – méconnu pour sa culture footballistique, mais plus pour sa politique de soft power sportif – le soutien de Zidane à Doha pour plusieurs millions d’euros avait logiquement défrayé la chronique et les critiques. Et pour cause, le Qatar est régulièrement pris à partie par les ONG ainsi que l’opinion internationale concernant les conditions de travail des migrants inhérentes aux multiples chantiers des stades.

Face à la polémique, l’ex-entraîneur du Real Madrid ne s’était jamais réellement exprimé. La sortie de sa biographie le mercredi 6 novembre 2019, avait donc permis à l’intéressé de clarifier la situation. Et d’indiquer que cette manne financière a tout simplement servi un objectif caritatif. A savoir aider sa fondation algérienne, où il trouve ses racines.

S’investir toujours plus en Algérie

« En 2005, quand le prince Jassim me propose d’aller jouer au Qatar en compagnie de Ronaldinho (autre célèbre numéro 10, Brésilien cette fois), son souhait était de développer le football dans son pays. Mais pour moi, il était clair que je devais terminer ma carrière au Real. Je respectais son idée de faire grandir mon sport et je lui avais dit que, si un jour je pouvais aider, je le ferais avec plaisir. Alors quand le Qatar a monté son projet de Mondial pour 2022 et m’a sollicité, j’ai accepté tout de suite », expliquait ainsi le Marseillais de naissance.

Avant de poursuivre : « Déjà, ce n’était pas onze mais trois millions d’euros. Et cet argent n’était pas pour moi. L’intégralité des (fonds) est allée (en réalité) à la fondation Zinédine Zidane, à but humanitaire, que mon père et moi avons montée en Algérie il y a plusieurs années. »

A bon entendeur donc…

Articles en relation