Conflit israélo-palestinien : le prince William évoque la Palestine en tant que pays

Au lendemain d’une visite à Jérusalem où il s’est entretenu avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, le prince William a poursuivi son périple régional mercredi 27 juin pour rencontrer à Ramallah, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne.

A cette occasion, le représentant britannique n’a pas manqué de pimenter l’actualité de la politique internationale en saluant « les relations étroites (entretenues) entre les deux pays ». A savoir le Royaume-Uni bien entendu, mais aussi les Territoires palestiniens qui souffrent à l’ONU du simple statut d’état observateur… non membre de l’institution.

Vous en conviendrez, ce qualificatif détonne dans le jargon diplomatique propre aux responsables occidentaux. Et peu se risqueraient à utiliser les termes « Etat » ou « pays » pour évoquer la Palestine. Sous peine de se mettre définitivement à dos les autorités israéliennes.

Un acte délibéré ?

Sans surprise, le ministère des Affaires étrangères britannique s’est trouvé dans l’obligation de clarifier la situation, ce qu’il a finalement fait partiellement : « Notre gouvernement soutient la création d’un État palestinien souverain, indépendant et viable, coexistant avec Israël dans la paix et la sécurité », a indiqué un porte-parole. Avant de confirmer dans la foulée que « le Royaume-Uni reconnaîtra un État palestinien au moment où cela favorisera le plus la paix. »

De son côté, Mahmoud Abbas a noté les bonnes grâces en provenance de la Perfide Albion et a annoncé qu’il souhaitait « parvenir à la paix avec Israël ».

Source : Europe 1

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.