L’Irak craint d’être une victime collatérale du conflit entre Washington et Téhéran

Publication: 27/06/2019

En visite mercredi 26 juin à Londres pour y rencontrer la Première ministre britannique, Theresa May, le président iranien, Barham Saleh, a également commenté l’activité sécuritaire américano-iranienne. Deux de ses principaux alliés. Et le moins que l’on puisse dire est que Bagdad n’a aucune envie de goûter à une nouvelle péripétie guerrière dans la région.

“L’Irak demande à tout le monde de se calmer. Nous avons vécu quatre décennies de troubles. Nous ne voulons pas nous retrouver mêlés à une autre guerre”, a ainsi martelé le chef d’Etat devant les médias internationaux.

Avant de préciser que son pays ne servira pas une nouvelle fois de “champ de bataille par procuration”. Et cela, en faisant référence aux importantes divergences géopolitiques et diplomatiques qui éloignent ses deux alliés américain et iranien. “Nous ne voulons pas être victimes d’un conflit au Proche-Orient. Nous n’avons pas terminé la dernière guerre contre le terrorisme.”

Et pour cause, même si les autorités irakiennes ont décrété fièrement, il y a un an, une victoire totale sur l’Etat islamique, force est de constater que la menace djihadiste demeure encore en sommeil sur le territoire.

De son côté, Theresa May s’est engagée à ce que le Royaume-Uni appuie davantage Bagdad dans cette lutte acharnée. Sans toutefois indiquer si cette aide serait humaine ou simplement logistique.

Articles connexes :

Les djihadistes étrangers emprisonnés, outil du hard power irakien

L’Irak obtient un sursis américain dans ses importations de pétrole iranien

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée,... Voir l'article

Bruxelles et le trio Airbnb -Expedia-TripAdivor signent un accord de partage de données

L’office de statistique de l’Union européenne, Eurostat, obtiendra en conséquence des données essentielles afin de pouvoir établir et publier des... Voir l'article

L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique... Voir l'article

  • Urgent

    Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

    D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle de tabac au Pakistan avec... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

  • personnalites

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article