Viol comme arme de guerre : que faire ?

Publication: 27/05/2019

Alors que l’ONU vient d’adopter une résolution vidée de sa substance sur le viol comme arme de guerre, retour un phénomène aussi tabou que dévastateur pour ses victimes. 

Incompréhension à l’ONU : sous la pression américaine, le Conseil de sécurité des Nations-Unies a adopté, le 24 avril dernier, une résolution pour combattre le viol comme arme de guerre ; un texte majoritairement vidé de sa substance, expurgé des mentions liées aux droits sexuels et reproductifs et, notamment, concernant l’accès à l’avortement. « Nous sommes consternés par le fait qu’un État ait exigé le retrait de la référence à la santé sexuelle et reproductive pourtant agréée lors de précédentes résolutions », s’est ainsi désolé l’ambassadeur de France auprès du Conseil, François Delattre, selon qui « il est intolérable et incompréhensible que le Conseil de sécurité soit incapable de reconnaître que les femmes et les filles qui ont subi des violences sexuelles en temps de conflit, et qui n’ont évidemment pas choisi d’être enceintes, ont le droit d’avoir le choix d’interrompre leur grossesse ».

La résolution initiale, proposée par l’Allemagne, prévoyait, entre autres, la création d’un groupe de travail formel et d’un organisme international à même de juger les coupables et de protéger les survivants. Mais les « Américains ont pris en otage une négociation à partir de leur idéologie, c’est scandaleux », regrette un diplomate cité par Le Monde. Le texte était pourtant soutenu par les deux Prix Nobel de la paix 2018, la yézidie Nadia Murad et le médecin congolais Denis Mukwege, ce dernier ayant, dans son pays, soigné plus de 40 000 victimes de viols commis en temps de guerre. « Nous prononçons des discours à l’ONU, mais aucune mesure concrète ne suit », a déploré la première ; « qu’attend la communauté internationale pour rendre justice aux victimes ? », a demandé le second.

 

La « double peine » des enfants nés des viols commis en temps de guerre: exemple des Lai Dai Han

Le phénomène du viol comme arme de guerre ne date pourtant pas d’hier : que ce soit en Bosnie (1992), au Rwanda (1994), au Chili de Pinochet, en République démocratique du Congo (RDC) ou dans les zones de djihad, les violences sexuelles sont quasi systématiquement à l’œuvre, visant à terrifier et détruire la capacité des femmes à enfanter. « Le viol est une torture physique et psychologique, une condamnation à perpétuité, une prison sans barreau. Il détruit la vie de la victime qui, au-delà de ses souffrances physiques et psychologiques propres, devient le symbole du déshonneur et de l’échec pour sa famille et sa communauté qui n’ont pas su la protéger. Ostracisées et présentant de lourdes séquelles, certaines victimes se sentent de surcroît coupables d’avoir survécu », écrit dans Causeur Oudy Ch. Bloch.

Ce triste sort est partagé par d’innombrables victimes — et leurs enfants — de par le monde, souvent dans l’indifférence générale. C’est le cas, au Vietnam, des milliers de femmes violées, pendant la guerre qui a sévi dans leur pays, par des soldats sud-coréens, dont plus de 300 000 épaulaient alors les forces américaines. Les survivantes, et leurs enfants, surnommés les « Lai Dai Han », les enfants de « sang-mêlé », vivent encore aujourd’hui une vie d’exclusion sociale et économique au Vietnam. Pire, la Corée du Sud refuse toujours de reconnaître sa responsabilité dans ces viols de masse. Pour eux, écrit dans une tribune l’ancien ambassadeur Jean Lévy, « c’est la double peine, à vie. Ignorés par les perdants de la guerre, méprisés par ses gagnants, les discriminations et l’exclusion qui sont leur lot quotidien sont encore aggravées par un contexte social fortement marqué par la philosophie confucéenne (…). Dans un pays où les relations sexuelles hors mariage sont prohibées et sur un continent où le mélange de “races” conduit de facto à l’exclusion de la société, ces hommes et ces femmes errent comme des fantômes dans leur propre pays ».

 

Le viol « est une violence physique, psychologique, familiale et sociétale »

Comment juger les viols commis en temps de guerre ? C’est la question à laquelle tente de répondre Jean-Pierre Massias, professeur de droit public à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), spécialiste des transitions démocratiques, et président de l’Institut francophone pour la justice et la démocratie (IFJD). Pour lui, « on est face à un double impératif de justice et de reconstruction sociale. On est aussi face à la difficulté de juger et à l’impunité ». « Mais on constate que le droit est souvent impuissant face à la complexité sociale, politique et anthropologique du viol, ou pas suffisamment adapté », poursuit l’expert. Faisant l’apologie du « traitement holistique » mis en place en RDC par le Docteur Mukwege, M. Massias rappelle que « la violence sexuelle est une forme absolue de violence politique : c’est une violence physique, psychologique, familiale et sociétale », à propos de laquelle nos sociétés contemporaines ne doivent plus garder le silence.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant... Voir l'article

Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique... Voir l'article

Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du... Voir l'article

L’ONU de plus en plus pressante sur le dossier libyen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi 12 février une résolution condamnant la recrudescence des violences en... Voir l'article

  • Urgent

    Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

    Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant le gouvernement irakien à serrer... Voir l'article

    Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

    Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique judiciaire européenne. Et pourtant, malgré... Voir l'article

  • personnalites

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article