Publicité : Facebook et Google durement impactés par une mise à jour d’Apple ?

Apple va déployer cette semaine la version 14.5 du système d’exploitation iOS. Une mise à jour qui impactera de facto les revenus publicitaires de Facebook ou encore de la maison-mère de Google, Alphabet, puisque les utilisateurs de IOS auront la possibilité de ne plus être suivis à la trace sur chacune des applications qu’ils utilisent.

Dans les faits, « les éditeurs d’applis sous iOS peuvent demander à leurs utilisateurs, depuis septembre, la permission de les suivre dans leur navigation entre divers sites et applications pour récolter et utiliser leurs données », rappelle l’AFP.

Toutefois, cette lune de miel pour les mastodontes du marché prendra fin à très court terme avec cette fonctionnalité intitulée ‘ATT (App Tracking Transparency)’. Et pour cause, avec la nouvelle mise à jour de la marque à la pomme, « lorsqu’un utilisateur cliquera sur ‘non’, ou si la fenêtre ne s’affiche pas quelle que soit la raison, l’application perdra l’accès à l’identifiant publicitaire de cette personne; Un numéro unique qui permet de le pister en ligne ».

De quoi sérieusement impacter les revenus publicitaires des géants de la Toile. Mais aussi de grandement améliorer la vie privée des utilisateurs. Ce qui ne manquera pas d’être largement salué et plébiscité.

Quelques chiffres :

  • Facebook a récolté plus de 28 milliards de dollars de revenus, essentiellement publicitaires, au dernier trimestre 2020, et dégagé 11,22 milliards de bénéfice net, en hausse de 53% sur un an, grâce à l’explosion des pratiques numériques, notamment le commerce en ligne, pendant la pandémie.
  • Alphabet, la maison-mère de Google, a explosé les attentes avec un bénéfice net en hausse de 50% au quatrième trimestre. Portée par la publicité en ligne pendant la saison des fêtes, Alphabet a largement surpassé les attentes au dernier trimestre 2020, avec un bénéfice net de 15,2 milliards de dollars, en hausse de 50% sur un an. Cette dernière a engrangé un chiffre d’affaires de 56,9 milliards, soit 10 milliards de plus qu’il y a un an, bien au-delà des 53 milliards attendus par les analystes.

A lire aussi : Facebook et Twitter : une politique de censure à double tranchant ?

Articles en relation