Syrie : l’Otan exhorte le trio turc, syrien et russe à un cessez-le-feu immédiat à Idlib

Publication: 27/02/2020

A la demande d’Ankara, les représentants des pays membres de l’Otan se sont réunis en urgence, vendredi après-midi, au lendemain de la mort de 33 militaires turcs dans des frappes aériennes à Idlib, en Syrie, attribuées à Damas et son allié russe.

“En vertu de l’article 4 du traité, tout Allié peut demander des consultations chaque fois qu’il estime que son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité est menacée. Cette demande de consultations (provient en l’état) du ministre turc des Affaires étrangères, M. Mevlüt Çavuşoğlu.

Les Alliés présentent à la Turquie leurs plus sincères condoléances pour la perte des soldats turcs tués dans les bombardements qui ont eu lieu hier soir près d’Idlib. Les Alliés condamnent les frappes aériennes aveugles que le régime syrien et son allié russe continuent de mener dans la province d’Idlib. (En conséquence), nous les exhortons à cesser leur offensive, à respecter le droit international, et à soutenir l’action menée par l’ONU pour parvenir à une solution pacifique.

Face à cette situation dangereuse, il est impératif d’engager une désescalade afin d’éviter d’aggraver encore la catastrophe humanitaire qui frappe la région et de permettre l’acheminement d’une aide humanitaire d’urgence pour toutes les personnes prises au piège d’Idlib. Nous appelons instamment au rétablissement immédiat du cessez-le-feu conclu en 2018.

La réunion d’aujourd’hui est le signe de notre solidarité avec la Turquie. La Turquie est le pays de l’OTAN qui est le plus durement touché par le terrible conflit sévissant en Syrie et qui a subi le plus grand nombre d’attaques terroristes. Il accueille également plusieurs millions de réfugiés.

L’OTAN continuera de soutenir la Turquie par toute une série de mesures, notamment un renforcement de ses capacités de défense aérienne, l’aidant ainsi à se protéger contre la menace d’attaques de missiles lancées depuis la Syrie.”

Un flou géopolitique préoccupant 

Pour rappel, les Etats-Unis, qui ne goûtent guère à l’offensive turque contre ses alliés kurdes au nord-est de la Syrie, avaient menacé Ankara en décembre dernier de multiples sanctions afin de solder cet épineux dossier.

La Maison Blanche avait en effet annoncé qu’elle pourrait, le cas échéant, activé un arsenal de sanctions visant à dissuader la Turquie de toute extension de cette offensive militaire. “Nous espérons que nous n’aurons pas à les utiliser. Mais nous pouvons neutraliser l’économie turque si nécessaire”, n’avait donc pas manqué de rappeler le secrétaire au Trésor US, Steven Mnuchin. Avant de préciser que Donald Trump se souciait de l’éventualité que des civils, des infrastructures civiles, des minorités ethniques ou religieuses deviennent des cibles potentielles.

Pour autant, le dispositif américain pourrait s’avérer encore plus contraignant puisque “qu’après la Chambre des représentants, dominée par les démocrates, le Sénat avait, à son tour, voté une résolution non contraignante reconnaissant le génocide arménien de 1915″.

De son côté, le président turc, Recep Erdogan, avait également brandi “son épée de Damoclès” en menaçant l’oncle Sam de “fermer si nécessaire la base américaine d’Incirlik, située dans la sud du pays, à proximité de la Syrie”. Ce grand aérodrome militaire, stratégique à plus d’un titre, servant notamment de point de transit entre l’Europe et le Moyen-Orient pour les forces US depuis 1955, souligne Le Figaro.

A suivre…

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique... Voir l'article

L’or va-t-elle poursuivre son embellie en 2020 après un bon cru 2019 ?

Avec une croissance de 400% en 20 ans et de 19% en 2019, le cour de l’or connait une progression... Voir l'article

Brexit : les négociations toujours au point mort entre Londres et Bruxelles

Comme le rappelle le site Toute L’Europe, “le Conseil de l’UE a validé mardi 25 février le mandat de négociation... Voir l'article

“DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn... Voir l'article

  • Urgent

    L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

    Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique a pris une tournure critique... Voir l'article

    L’or va-t-elle poursuivre son embellie en 2020 après un bon cru 2019 ?

    Avec une croissance de 400% en 20 ans et de 19% en 2019, le cour de l’or connait une progression insolente. Ce placement refuge séduit... Voir l'article

  • personnalites

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article