Tibet : confinés depuis plus d’un mois par Pékin, les habitants de Lhassa craquent

Tibet : confinés depuis plus d'un mois par Pékin, les habitants de Lhassa craquent

Les autorités chinoises continuent d’assoir leur autorité au Tibet d’une main de fer. Les habitants de la capitale, Lhassa, subissent en effet un confinement depuis plus d’un mois dans le cadre de la politique « zéro Covid » menée par le géant asiatique.

En toute logique, la population de la capitale tibétaine commence à craquer nerveusement, relaie le site Altitude News :

« Entre les histoires de mises en quarantaines forcées, les gens ne peuvent plus travailler et donc payer leur loyer. (Parallèlement), le manque de nourriture se fait sentir. Les réseaux sociaux se font (donc l’écho) de quelque chose de nouveau. (A savoir), de nombreux appels à l’aide, en provenance d’une population habituée à être muselée », confirme ainsi le média.

Qui précise que « c’est début août qu’une poignée de cas positifs de covid-19 ont été repérés (localement). Aussitôt, plusieurs secteurs ont été confinés. Le 8 août, toute la ville de Lhassa, et ses quelques 900 000 habitants, étaient (déjà) à l’arrêt ».

Plus d’un mois de confinement

Pour rappel, l’incorporation du Tibet à la République populaire de Chine est le processus par lequel celle-ci a établi sa souveraineté sur l’État tibétain, devenu indépendant de facto à la chute de l’empire Qing en 1912.

Malgré les efforts du gouvernement tibétain pour faire reconnaître son indépendance au niveau international, moderniser son armée et négocier avec la Chine, la défaite de l’armée tibétaine à Chamdo en 1950 contraignit celui-ci à signer en 1951 « L’accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet ».

Articles en relation