Nigeria/Boko Haram : le président Buhari en appelle à l’ONU

Publication: 26/09/2016

Le chef de l’exécutif nigérian, Muhammadu Buhari, a sollicité le Conseil de sécurité de l’ONU afin de trouver une solution rapide au fléau que représente Boko Haram en Afrique de l’Ouest.

Ce dernier a indiqué vendredi lors d’une allocution à la tribune de l’institution internationale que la situation qui règne dans la zone englobant le Nigeria, le Niger, le Tchad ou encore le Cameroun était très préoccupante.

Les milliers de crimes perpétrés par l’organisation djihadiste ne sont effet que trop peu enrayés par les forces de sécurité locales et limitrophes, à l’image des 218 lycéennes de Chibok qui ont été kidnappées par BH il y a deux ans, et qui demeurent toujours en captivité, faute de moyens viables.

Si le prisme de la menace terroriste repose aujourd’hui sur les épaules du leader Abu Musab al-Barnawi, son prédécesseur, A.Shekau, destitué en août par l’Etat islamique, s’affirme jour après jour comme une problématique insoluble.

L’armée nigériane avait pourtant annoncé la mort du chef déchu suite à une opération aérienne ciblant la forêt de Sambisa (Nord-Est) le 30 août dernier. Mais ce n’est pas “encore” le cas, puisque l’intéressé a publié samedi une vidéo dans laquelle il se moque du gouvernement de M.Buhari :

« Vous avez dit sur les réseaux sociaux m’avoir blessé ou m’avoir tué, mais je suis heureux, en bonne santé et en sécurité. Je vais parfaitement bien », a-t-il lancé vindicatif.

Et pour cause, l’homme semble se porter comme un coq en pâte et n’hésite pas à réaffirmer ses velléités sur la gouvernance de BH dont les luttes d’influence se sont multipliées récemment; une rivalité avec al-Barnawi ne faisant pas les affaires des populations régionales, qui en sont bien sûr les premières victimes.

Pour rappel, A.Shekau avait peu à peu perdu la confiance de l’EI en raison de sa propension à s’attaquer aux Musulmans lors de vastes tueries contre “les infidèles”.

Son adage : “Ceux qui vivent sous le joug des mécréants sont eux-mêmes des mécréants” avait en effet justifié nombre d’attentats contre des mosquées, ainsi que l’enlèvement répété de femmes et d’enfants dans la région.

Source : Le Parisien

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

  • Urgent

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article