Yémen : les rebelles chiites violent le cessez-le-feu

La trêve humanitaire de cinq jours décidée le 26 juillet par la coalition arabe luttant contre le terrorisme au Yémen a été violée par des rebelles Houtis qui ont mené une attaque dans la Province de Taëz, au sud du pays.

Le Secrétaire de l’ONU, Ban Ki Moon, n’a pas tardé à réagir en demandant aux rebelles de respecter le cessez-le-feu et a exhorté les belligérants à rester calme en cas de violation minime de l’accord. En cause, les tirs rebelles d’obus de chars dans des quartiers résidentiels de la ville de Jebel Sabr (sud) ayant entraîné une riposte immédiate des forces loyalistes sous commandement Saoudien.

La situation demeure stable dans le reste du pays notamment au sein de la capitale Sanaa. Des accrochages de faible ampleur ont été recensés dans les villes de Lahj (sud) et Mareb (est). Les forces loyalistes poursuivent leur progression dans la ville portuaire d’Aden (sud) malgré des échanges de tirs par intermittence avec la rébellion. Le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, actuellement en exil, a mis en garde les rebelles chiites contre « une violation de la trêve dont ils doivent assumer les conséquences. » Le groupe terroriste n’a pas tardé à réagir dans un communiqué en assurant ne pas avoir été sollicité par l’ONU au sujet d’un arrêt temporaire du conflit.

Près de 3700 morts ont été dénombrés depuis le début du conflit, il y a quatre mois, dont la moitié constituée par des civils. La précédente trêve initiée par l’ONU le 10 juillet avait déjà échoué.

Source : La Presse.ca

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.