Entreprises privées : la CFDT reste le syndicat de référence

La CFDT demeure le syndicat numéro dans la sphère des entreprises privées devant la CGT en recueillant 26,77% des suffrages.

Comme le souligne Capital, « la mesure de l’audience nationale des syndicats est calculée tous les quatre ans. Et cela, en additionnant les chiffres recueillis par les syndicats lors des élections professionnelles (CSE). Celles-ci sont organisées dans les entreprises d’au moins 11 salariés, lors des élections aux chambres départementales d’agriculture, et dans les TPE ».

Le site précise que « la CFDT, qui avait ravi en mars 2017 la place de premier syndicat du privé à la CGT, a obtenu selon ces chiffres 26,77% des suffrages, en légère hausse (+0,38 point), devant la centrale de Montreuil qui recule assez fortement (22,96%, -1,89 point). Force ouvrière, troisième, reste quasi stable, à 15,24% (-0,36), devant la CFE-CGC (11,92%, +1,23) et la CFTC (9,50%, +0,02).

De son côté, l’Unsa progresse légèrement (5,99%, +0,64), de même que Solidaires (3,68%, +0,23). Mais ces deux syndicats n’atteignent pas la barre des 8%, indispensable depuis 2008 pour être « représentatif » au niveau national interprofessionnel. Au total, 5 398 796 salariés ont voté lors des différents scrutins, sur 14 118 287 inscrits. Soit une participation de 38,2%, en baisse de 4,5 points par rapport à 2017″.

Le communiqué de la CFDT

« Les salariés du privé ont, une nouvelle fois, fait le choix d’un syndicalisme utile, qui répond à leurs préoccupations. Par leur vote, ils ont exprimé leur confiance en un ou une collègue qui les représente, dans une organisation qui agit quotidiennement pour améliorer leur vie au travail.

Ce résultat est le fruit de l’engagement, à leurs côtés, de dizaines de milliers de militantes et militants CFDT. Il nous confère une grande responsabilité.

Dans une période bousculée par les crises économiques et sanitaires, chahutée par des tentations extrémistes, la CFDT reste un repère, fidèle à ses valeurs de solidarité, d’émancipation et de justice sociale. Elle inscrit son engagement dans une histoire qui fait de la confrontation démocratique la pierre angulaire de son action. C’est pourquoi la baisse de participation aux élections nous interroge. Pour la CFDT, elle n’est pas sans lien avec les ordonnances de 2017 qui ont supprimé les représentants de proximité.

Les travailleuses et travailleurs ont plus que jamais besoin d’une organisation syndicale qui puise dans leurs réalités les conditions de l’amélioration de leur quotidien. D’une organisation syndicale puissante, présente sur tous les territoires et dans tous les secteurs professionnels, qui rééquilibre le rapport de force pour mieux faire entendre leur voix ; d’une organisation syndicale innovante qui leur permet d’affronter les défis d’un monde en mutation. »

A lire aussi : Internet au travail : la CEDH se prononce en faveur d’un contrôle modéré des entreprises

Articles en relation