Iran : le duo russe et européen ne veut pas d’un nouvel accord sur le nucléaire

Publication: 26/04/2018

L’accord sur le nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 à Vienne entre Téhéran et les pays du G5 + 1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) suscite toujours autant de frictions à l’international. Notamment en ce qui concerne l’axe Moscou-Washington. Ainsi, si les Etats-Unis et la France militent pour renégocier les termes du texte, le son de cloche demeure bien différent du côté de la Russie, de l’Iran bien sûr, mais aussi de la part de Bruxelles qui défend les intérêts européens. 

Dans ses termes actuels, l’accord fait état de lourdes restrictions envers Téhéran. La production d’uranium et de plutonium est en conséquence sévèrement encadrée (l’Iran ne peut pas produire de plutonium à vocation militaire). Les inspections sur place sont quant à elles considérablement renforcées. Mais ce n’est pas tout, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) peut également scruter pendant vingt ans le parc de centrifugeuses et pendant vingt-cinq ans la production de concentré d’uranium.

Parallèlement, l’embargo sur les armes est aussi reconduit tout comme les sanctions relatives aux missiles balistiques et aux importations d’armes offensives. A cela, s’ajoute le transfert de matériel sensible susceptible de contribuer au programme balistique local interdit jusqu’en 2023 ; un encadrement destiné à faciliter grandement le travail des inspecteurs. L’Iran n’est pas en reste puisqu’elle a obtenu la levée de plusieurs sanctions (ONU, USA, Europe) qui handicapaient le pays dans son développement.

Un point noir subsiste néanmoins car le programme n’ordonne pas le démantèlement complet du nucléaire iranien prévu dans les négociations initiales. Ce qui agace fortement Washington et Paris qui évoquent désormais un nouvel accord renforçant les contrôles sur  les missile balistiques, et incluant la durée du traité au delà de 2025 et le rétablissement d’un lourd embargo économique.

Trump et Macron isolés dans ce dossier

Pour autant, cette perspective a peu de chance de trouver écho sur l’échiquier mondial puisque Bruxelles et la Russie ont confirmé de concert qu’il était utopique de revenir sur la décision de Vienne. “L’accord actuel sur le nucléaire iranien fonctionne”, a ainsi martelé hier la cheffe de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, quant la position de Moscou reste la même depuis le début.

Au final, la véritable contre-attaque est venue le même jour du chef d’Etat iranien, Hassan Rohani : “Vous voulez décider de l’avenir de ce texte, mais qu’avez-vous fait jusqu’ici pour l’appliquer ?”, a-t-il répliqué aux Occidentaux.

Difficile en effet de lui donner tort sur ce point, note France Inter, puisque à ce jour “les sanctions demeurent et les fruits économiques de l’accord se font toujours attendre (…) Et avec Donald Trump à la Maison Blanche, la récolte n’est pas pour demain…

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7... Voir l'article

  • Urgent

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

    Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à Moscou d’assurer l’indépendance de son... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article