Ferroviaire : Alstom et Siemens s’associent face à « la menace chinoise »

Si aucun accord officiel n’a encore filtré, le Français Alstom et l’Allemand Siemens seraient sur le point de s’associer pour créer le nouveau géant européen du ferroviaire. Et cela, afin de disputer le leadership mondial au Chinois CRRC. 

Cette information, relayée par le Figaro, est issue du média outre-Rhin, Handelsblatt; lequel confirme que les pourparlers de fusion vont bien au-delà de ce qui se fait (classiquement) :

« L’accord négocié prévoit l’absorption du pôle ferroviaire de Siemens par Alstom, spécialisé dans le rail depuis la cession de son pôle énergie à General Electric, pour former un groupe installé et coté à Paris mais dont l’Allemand prendrait la moitié du capital.

La présidence du conseil de surveillance de cet « Airbus du rail » reviendrait (quant à elle) à Siemens, tandis que le patron d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, conserverait la tête du directoire. »

Bruxelles sur la même longueur d’onde ?

Au-delà de l’aspect purement technique, le but du futur mastodonte est de mettre à mal les plans du géant chinois, CRRC, qui lorgne sur le marché du Vieux Continent. Piloté par Pékin, le groupe cherche en effet à concrétiser une porte d’entrée efficiente via une association avec le Tchèque, Skoda Transportation.

Par ailleurs, une alliance entre Alstom et Siemens devrait être vue d’un bon oeil par les autorités européennes de la concurrence au regard du contrepoids qu’elle créerait sur le marché planétaire face à « la menace asiatique ».

Source : Le Figaro

 

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.