Brexit : l’Ecosse ne veut pas renoncer à sa place dans l’UE

Publication: 25/06/2016

Si la victoire du Brexit à 51,8%, jeudi 23 juin, a entériné la sortie imminente du Royaume-Uni de l’UE, Edimbourg, de son côté, ne peut s’y résoudre. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon souhaite en effet entamer des négociations immédiates avec Bruxelles afin que la nation conserve sa place au sein de l’Union.

“L’Ecosse ne se laissera pas priver de son statut de membre de l’UE sans explorer des solutions de remplacement”, a-t-elle martelé lors d’un point presse faisant suite à réunion d’urgence organisée dans la capitale.

Le gouvernement va parallèlement engager une réflexion portant sur le cadre législatif susceptible d’encadrer un second referendum d’indépendance de cette région semi-autonome du Royaume, après l’échec de septembre 2014. Les Ecossais s’étaient alors prononcés à 55% contre cette issue.

Le Monde rapporte que la chef de file du Parti national écossais (SNP), pro-indépendantiste, s’engagerait coûte que coûte à rassurer ses concitoyens, qui ont voté à 62 % en faveur du maintien britannique dans l’UE, jeudi dernier : « La possibilité d’un second référendum doit être sur la table et elle est sur la table », a-t-elle indiqué dans la foulée.

Cette hypothèse est toutefois largement décriée par l’opposition, à l’image du leader du Parti libéral démocrate, Willie Rennie, qui ne mâchait clairement pas ses mots avant le scrutin portant sur le Brexit: « Si on sort de l’Union européenne, avec toute la douleur que ça va causer, vous pensez vraiment qu’on va encore s’ajouter de la douleur en sortant du Royaume-Uni ? »

Et pour cause, la problématique du Brexit n’a que peu concerné l’électorat local, ce qui était loin d’être le cas en Angleterre.

Source : Le Monde

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

De La Rue et Inexto associées au Maroc ? C’est l’industrie du tabac qui se frotte les mains

L’information est révélée par le média marocain Le Desk. De La Rue et Inexto envisageraient une alliance pour remporter le... Voir l'article

Corne de l’Afrique : l’amour ne dure qu’un an ?

Maître de conférence à l’Université catholique de Lille, Sciences Po – USPC, Sonia Le Gouriellec analyse l’actuelle période de transition... Voir l'article

Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre... Voir l'article

Smartphones : après Huawei, Apple à nouveau dépassé par un concurrent chinois

Désormais, l’iPhone de la marque à la pomme est la quatrième référence du marché mondial de smartphones avec 35,3 millions... Voir l'article

  • Urgent

    Corne de l’Afrique : l’amour ne dure qu’un an ?

    Maître de conférence à l’Université catholique de Lille, Sciences Po – USPC, Sonia Le Gouriellec analyse l’actuelle période de transition dans la région de la... Voir l'article

    Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

    Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre sur les futures échéances politiques... Voir l'article

  • personnalites

    Affaire Meng Hongwei : Pékin rompt sa coopération policière avec la France

    Près de huit mois après la disparition de son mari, Hongwei Meng, ex-patron chinois d’Interpol, Grace Meng avait obtenu en mai dernier le statut de... Voir l'article

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

    America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique et militaire des Etats-Unis au... Voir l'article