Syrie, Ukraine, Iran… : Emmanuel Macron prêt à travailler de concert avec Vladimir Poutine

Publication: 25/05/2018

En visite jeudi à Saint-Pétersbourg, le président français a pu s’entretenir durant trois heures avec son homologue russe sur quatre dossiers extrêmement sensibles : le nucléaire iranien, la Syrie, la Corée du Nord, ainsi que l’Ukraine. Les deux hommes n’ont pas manqué de souligner leur ambition de travailler de concert dans le futur.

Cette première visite en Russie du locataire de l’Elysée revêt des intérêts aussi bien économiques que diplomatiques. Emmanuel Macron participe en effet au Forum économique de Saint-Pétersbourg, événement majeur dans le milieu des affaires russes, sur lequel l’importante délégation hexagonale compte surfer pour signer de juteux contrats. Et cela, dans un contexte politique particulièrement difficile entre les deux pays. A titre d’exemple, le géant des hydrocarbures, Total, pourrait en profiter pour finaliser un nouveau projet gazier dans l’Arctique estimé à 2,5 milliards de dollars.

Pour autant, les sujets les plus brûlants concernent malgré tout la rubrique diplomatique. A commencer par la problématique de l’Accord sur le nucléaire iranien qui a vu Washington quitter le bateau perse début mai. Les deux chefs d’Etat ont donc insisté sur les points qui les rapprochent face aux États-Unis afin de préserver un texte signé il y a seulement trois ans, et qui a permis à Téhéran de sortir progressivement la tête de l’eau avec la levée de l’embargo économique international.

Ainsi, si dans un premier temps, E. Macron avait envisagé une renégociation de l’Accord de Vienne pour trouver un consensus avec la Maison Blanche, le retrait américain a redistribué les cartes et poussé le dirigeant à se rapprocher du Kremlin. Mais néanmoins avec toujours l’idée d’obtenir quelques ajustements, à l’image de la force de frappe balistique iranienne qui pose toujours problème du côté du Vieux Continent.

Des positions schizophréniques 

En ce qui concerne la situation syrienne, V. Poutine espère toujours un rapprochement entre la communauté internationale et le régime de Bachar el-Assad – dont il loue les nombreux succès militaires – pour mener à bien le rétablissement d’un Etat unifié et indivisible. Toutefois, les négociations risquent encore d’être longues et fastidieuses sur ce point. Car « le groupe d’Astana », mené par la Russie, l’Iran et la Turquie, s’oppose radicalement au « small group » qui comprend des pays occidentaux comme les États-Unis, la France ou le Royaume-Uni, et l’Arabie saoudite.

Sur le volet nord-coréen, les positions étaient cette fois plus concordantes entre les deux hommes puisque ces derniers ont milité de concert pour une dénucléarisation progressive de la péninsule coréenne. Hasard ou non du calendrier, Washington a annulé le même jour une rencontre préparée depuis des mois entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Enfin, les négociations se sont concentrées sur le dossier ukrainien et un règlement pacifique du conflit qui oppose depuis 2014 en Crimée le gouvernement local pro-occidental et les rebelles pro-russes ; un conflit qui rappelons-le a déjà engendré 10 000 morts.

Source : Le Point 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement... Voir l'article

Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère... Voir l'article

Diplomatie : saluée pour sa gestion de la crise sanitaire, la Corée du Sud s’émancipe

Nation historiquement coincée dans le giron de l’Empire chinois, puis colonie japonaise au tournant du XXème siècle et désormais fidèle... Voir l'article

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

  • Urgent

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article