Mitsubishi Corp perd 290 millions d’euros en raison d’un mauvais trading

Le géant nippon du commerce, Mitsubishi Corp, a annoncé vendredi 20 septembre une perte de 290 millions au niveau de l’une de ses filiales basée à Singapour. Un trader de la structure a en effet effectué en cachette des placements plus que risqués sur le marché de l’or noir.

Selon le site CNews, qui relaie l’information, “le « trader fou » de nationalité chinoise travaillait pour Petro-Diamond Singapore, spécialiste des transactions sur les produits pétroliers. Cette dernière a commencé à mettre sous surveillance son employé en juillet, après que la chute (des cours) a provoqué de lourdes pertes pour l’entreprise. Ce n’est (finalement) qu’à la mi-août que la filiale a découvert son stratagème. Il menait en fait depuis janvier des transactions non autorisées sur des contrats dérivés (un instrument financier dont la valeur varie en fonction de l’évolution du prix d’un autre actif)”.

Si les pertes restent somme toute modestes pour le groupe japonais – puisqu’il table sur un profit de 4,6 milliards d’euros pour le prochain exercice fiscal – l’histoire démontre que le monde du trading peut avoir des conséquences considérables sur l’équilibre des institutions financières.

Les jurisprudences “Jérôme Kerviel” de la Société Générale (4,9 milliards d’euros partis en fumée en 2008) et “Nick Leeson” coupable en 1995 de la liquidation de la banque Barings après une perte de 975 millions d’euros, en sont des exemples particulièrement explicites.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.