La Palestine indignée par la stratégie américaine sur le dossier Jérusalem

Après avoir officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier, Washington a pris la planète de court en avançant le transfert de son ambassade dans la Ville sainte dès le mois de mai. Une décision largement décriée par l’Autorité palestinienne. 

“C’est une provocation (pure et simple) pour les Arabes, musulmans et chrétiens. Par une telle décision, l’administration Trump finit de s’isoler complètement et devient une partie du problème et non plus la solution.”

Sans surprise, Saëb Erakat, le numéro 2 de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), ne pouvait cacher sa colère face à cette nouvelle provocation de la Maison Blanche en date du 23 février. Pour l’intéressé, les décideurs américains cherchent à tuer dans l’œuf toutes les mesures entreprises par Ramallah pour s’opposer à la décision US d’associer unilatéralement Jérusalem à Israël.

Altérer le lobby palestinien

Il est vrai que le président palestinien, Mahmoud Abbas, effectue depuis plusieurs semaines un lobbying intensif pour inverser le cours des événements. Ses déplacements en Russie pour recueillir l’appui de Vladimir Poutine (le 12/02), ainsi qu’à New-York pour convaincre les Nations Unies (le 20/02) en sont d’ailleurs les exemples les plus probants.

Pire, la future ambassade américaine à Jérusalem sera loin d’être achevée à cette date. L’édifice restera en effet sommaire jusqu’à la fin de l’année 2019 et la construction d’un bâtiment annexe. La véritable enceinte, quant à elle, sortira réellement de terre dans plusieurs années.

Source : Atlantico

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.