DCNS : le groupe renoue avec le profit en 2015

Le Français, spécialisé dans l’industrie navale militaire, a annoncé un exercice 2015 bénéficiaire à hauteur de 58,4 millions d’euros (CA de 3,03 milliards); une bouffée d’oxygène sachant que la structure affichait une perte historique de 347,3 millions d’euros en 2014.

Les mesures drastiques mises en place par la direction lui ont permis de réaliser une économie de 100 millions d’euros sur cette période, synonyme de retour à une croissance stable.

Pour rappel, DCNS a remporté d’une part de juteux contrats tels que la vente à l’Egypte d’une frégate multimissions et des deux porte-hélicoptères initialement promis à la Russie, mais a également dû se retirer à l’amiable du programme de réacteur nucléaire de recherche «â€‰Jules Horowitz », jugé trop coûteux.

Parallèlement, le fabricant de frégates et de sous-marin entend faire progresser son bénéfice net cette année dans une fourchette allant de 10 à 15% afin d’atteindre un chiffres d’affaires en légère croissance. DCNS poursuivra en conséquence la réduction de ses effectifs (13130 en 2014 à 12771 en 2015). Hervé Guillou, le PDG, prévoit ainsi un millier de suppressions de postes jusqu’en 2018, mais sans licenciement sec (non remplacement d’un emploi sur deux).

Mais le véritable point d’orgue du géant reste la filière australienne, où “le contrat du siècle” se joue actuellement. DCNS est en compétition avec l’allemand TKMS et le japonais Mitsubishi Heavy Industries sur un appel d’offres de Canberra portant sur 12 sous-marins à propulsion classique. Ce marché potentiel est estimé à près de 32 milliards d’euros ! La décision finale est, quant à elle, attendue pour la fin du semestre.

Source : Les Echos

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.