Aviation civile : près de 5 millions d’emplois menacés

L’aviation civile tire la langue en cette triste période de pandémie, fustige l’association internationale du transport aérien (IATA). Et pour cause, près de 5 millions d’emplois pourraient disparaître, à terme, si des mesures concrètes ne sont pas prises au sommet de l’olympe.

Ce chiffre découle de la baisse de la demande de transport aérien (de plus de 75% en août par rapport à août 2019), de l’impact des restrictions aux frontières et des mesures de quarantaine liées à la crise sanitaire, souligne le site Anac.

En ce sens, la Fédération internationale des employés de l’aérien (ITF) et l’IATA appellent “les gouvernements à fournir un soutien financier continu à l’industrie aéronautique, et à rouvrir les frontières en toute sécurité sans quarantaine. (Et cela), en mettant en œuvre un système harmonisé à l’échelle mondiale de tests avant le départ”.

Leur plaidoyer commun datant du 10 novembre dernier se veut d’ailleurs particulièrement alarmant :

“L’aviation est confrontée à une catastrophe d’emploi sans précédent. Les compagnies aériennes ont réduit leurs coûts jusqu’à l’os. Des dizaines de milliers d’emplois ont déjà été perdus et, à moins que les gouvernements ne fournissent plus d’aide financière, ceux-ci augmenteront probablement jusqu’à des centaines de milliers (…) L’aviation  joue un rôle (crucial) pour relier les nations et transporter des marchandises essentielles (…) Mais plus important encore, les (autorités) doivent travailler ensemble pour rouvrir les frontières en toute sécurité. Cela signifie mettre en place un programme mondial de test des passagers pour la Covid-19. Une fois cela en place, la quarantaine peut être supprimée et les passagers peuvent avoir la confiance nécessaire pour voler à nouveau.”

Vers un “crash” aérien de grande ampleur ?

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.