Syrie : Trump souhaite protéger le pétrole à l’Est

Après avoir annoncé le 7 octobre dernier le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, Donald Trump a néanmoins décidé de procéder à quelques ajustements en laissant deux contingents de soldats sur le territoire dévasté.

Selon Le Point, qui relaie l’information, 200 forces spéciales stationneront ainsi à la frontière syro-irakienne pour effectuer des missions de contre-terrorisme et prévenir la résurgence de l’Etat islamique. Mais ce n’est pas tout, puisque ce contingent US aura également pour mission de protéger les principaux puits de pétrole du pays situés dans la région de Deir Ezzor. Cette réserve pèse en effet plus de la moitié de la production domestique.

Parallèlement, il est important de noter que 150 soldats de l’oncle Sam séjourneront au sein de la garnison d’Al Tanf, à la frontière irako-jordanienne. Le but étant « d’empêcher que les djihadistes présents dans la steppe ne profitent du retrait américain pour traverser la frontière et passer en Jordanie », poursuit le média.

Pour rappel, près de 800 partisans de l’EI ont réussi à s’échapper, dimanche 13 octobre, d’un camp tenu au Nord par les troupes kurdes. Ces dernières devant malheureusement faire face à l’offensive turque découlant directement de la décision de Washington de renvoyer ses troupes au bercail.

Article connexe :

Moscou “juge de paix” dans le dossier du nord syrien

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.