surete-nucleaire

Sûreté nucléaire : les performances du parc français jugées encourageantes

Publication: 23/03/2017

Le 20 mars 2017, la centrale nucléaire de Flamanville a été totalement mise à l’arrêt à la suite d’une fuite d’eau sur un circuit situé dans la partie non nucléaire du réacteur n°2. Une décision sans appel pour un incident mineur. De fait, le nucléaire français est soumis à des procédures de plus en plus sécurisées. Une vigilance accrue qui n’a pas échappé à l’IGSNR.

Dans son rapport annuel, l’Inspecteur Général pour la Sûreté Nucléaire et la Radioprotection (IGSNR), François de Lastic, relève des résultats « encourageants » de la part d’EDF. Ce document, publié le 3 mars dernier, correspond à un véritable audit de la sûreté des centrales nucléaires, réalisé par un observateur extérieur. Le rapport fait état d’une baisse du nombre d’incidents automatisés (ayant entraîné l’application automatique d’un système de protection), baisse également du taux d’arrêts fortuits des réacteurs et enfin recul du nombre d’incendies grâce notamment à un “pilotage rigoureux”. Une nouvelle rassurante alors que le nucléaire présente un “défi sans précédent” en termes de sûreté, selon Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de la sûreté nucléaire (ASN).

Et pour cause : l’essentiel des installations nucléaires françaises ont presque une quarantaine d’années. On compte les 58 réacteurs dans 19 centrales, l’usine de retraitement de La Hague, les réacteurs de recherche les plus anciens à Cadarache, Saclay, Marcoule, soit près de 150 grosses installations nucléaires. Ces installations doivent être régulièrement mises à jour pour être à la pointe de l’innovation en matière de sécurité. A cela il faut ajouter la future entrée en service des équipements neufs tels que l’ITER (machine qui doit démontrer que la fusion – l’énergie du Soleil et des étoiles – peut être utilisée comme source d’énergie à grande échelle, non émettrice de CO2, pour produire de l’électricité) et le réacteur Jules-Horowitz de Cadarache, ainsi, bien sûr, que l’EPR de Flamanville. C’est l’ASN qui est chargée en tant qu’autorité administrative indépendante, de s’assurer que l’exploitant respecte les exigences de la réglementation en matière de sûreté nucléaire, et de contrôler les installations de manière régulière.

Des simulations grandeur nature

Afin d’être prêt à tout éventualité, EDF a mené plusieurs simulations de crises dans des zones sensibles. Un de ces exercices grandeur nature a eu lieu mardi 14 mars 2017 dans la zone entourant la centrale de Flamanville. 300 agents EDF ont été mobilisés, mais également les services de l’Etat, pompiers, gendarmes et l’ASN. La simulation se basait sur l’hypothèse d’une rupture d’un tube et la défaillance d’une vanne, provoquant le rejet d’une eau radioactive. Les 2300 écoliers et collégiens ont été confinés dans leurs classes dans le cadre des Plans Particuliers de Mise en Sûreté des établissements scolaires de la zone. Des véhicules d’EDF ont quadrillé le périmètre pour faire des relevés sur l’environnement, alors que des gendarmes, vêtus d’une combinaison intégrale, ont déployé des barrages routiers dans un rayon de 10 kilomètres autour de la centrale. L’exercice doit être analysé. EDF et la préfecture rendront leurs conclusions au mois de mai.

Un protocole de crise renforcé

Pour rappel, depuis la crise de Fukushima, les procédures de sécurité des centrales françaises ont été sensiblement renforcées. En cas d’incident, il existe aujourd’hui deux mécanismes parallèles qui visent à optimiser la sécurisation du site et de la population voisine – et concernent aussi bien les centrales nucléaires que les transports de matières dangereuses. Une division offrant une meilleure visibilité dans les tâches à accomplir.

D’une part, le Plan d’Urgence Interne (PUI) englobe les actions menées directement sur le site, sous le contrôle du directeur de la centrale, répondant lui-même à terme à l’ASN. Il prévoit la mobilisation du personnel d’astreinte afin de restaurer la sûreté de l’installation et de limiter les conséquences sur les personnes et les biens. Ce protocole comprend aussi les dispositions permettant d’informer rapidement les pouvoirs publics.

D’autre part, le Plan Particulier d’Intervention (PPI) est piloté par le préfet du département. Il concerne l’ensemble des mesures déployées à l’extérieur du site pour la protection des populations et de l’environnement. Sur conseil de l’ASN, le préfet peut, dans un périmètre dépendent de la gravité de l’incident, demander la mise à l’abri des populations, la prise de comprimés d’iode ou l’évacuation. La gravité est évaluée grâce à l’échelle Ines, qui classe les incidents de 0 à 7, selon les conséquences à l’extérieur du site, à l’intérieur du site et la dégradation des lignes de défense de l’installation. A noter que la prise de capsules iodées permet de protéger la thyroïde en la saturant d’iode stable, empêchant l’iode radioactif de s’y fixer. Elles sont distribuées aux populations vivant dans un rayon de 10 km autour des centrales nucléaires.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

La Chine médiatrice dans le dossier de la dénucléarisation nord-coréenne ?

Après deux jours de visite à Pyongyang (20 et 21 juin), le président chinois, Xi Jinping, a laissé entendre que... Voir l'article

ADP : bonne opération ou abandon de souveraineté ?

Le projet de privatisation d’ADP a connu un nouveau rebondissement avec la procédure de Référendum d’initiative partagée (RIP) déclenchée par... Voir l'article

Sénégal et Côte d’Ivoire : la lutte contre la corruption se renforce

Si le niveau de corruption de la classe politique demeure préoccupant en Afrique subsaharienne, deux pays enregistrent des progrès importants... Voir l'article

La Corée du Nord séduit en masse les touristes chinois

Alors que la visite de Xi Jinping les 20 et 21 juin à Pyongyang marque une première depuis 14 ans... Voir l'article

  • Urgent

    La Chine médiatrice dans le dossier de la dénucléarisation nord-coréenne ?

    Après deux jours de visite à Pyongyang (20 et 21 juin), le président chinois, Xi Jinping, a laissé entendre que le géant asiatique pourrait jouer... Voir l'article

    ADP : bonne opération ou abandon de souveraineté ?

    Le projet de privatisation d’ADP a connu un nouveau rebondissement avec la procédure de Référendum d’initiative partagée (RIP) déclenchée par un front uni de parlementaires... Voir l'article

  • personnalites

    Sénégal et Côte d’Ivoire : la lutte contre la corruption se renforce

    Si le niveau de corruption de la classe politique demeure préoccupant en Afrique subsaharienne, deux pays enregistrent des progrès importants : la Côte d’Ivoire et... Voir l'article

    Bénin : derrière la dérive autoritaire de Patrice Talon, l’ombre de la Chine ?

    Plus d’un mois après le scrutin législatif du 28 avril 2019 dont l’opposition a été exclue, les violences post-électorales continuent de secouer le Bénin, ce... Voir l'article

    Trump promet de déployer 1000 soldats supplémentaires en Pologne

    Le président américain a annoncé mercredi 12 mai un renforcement imminent des troupes US en Pologne. Donald Trump – qui s’exprimait lors d’une conférence commune... Voir l'article