Le Louvre Abou Dabi “raye” le Qatar de la surface du globe

Publication: 23/01/2018

Le conflit opposant les Emirats arabes unis et ses alliés (Arabie Saoudite, Bahreïn, Egypte..) au Qatar a pris très récemment une tournure singulière puisque le Louvre Abou Dabi a omis de situer le géant gazier sur une des cartes exposées dans une aile réservée aux enfants. Dubaï a immédiatement réagi.

Inauguré en grande pompe par Emmanuel Macron en novembre dernier, le Louvre Abou Dabi défraie déjà la chronique en agaçant sérieusement Dubaï. Concrètement, les autorités émiraties ont purement et simplement rayé le Qatar de la surface du globe dans l’enceinte dédiée à la jeunesse.

Un choix très discutable qui s’apparente davantage à de la propagande géopolitique qu’à une initiative culturelle sérieuse et pertinente, qui plus est, dans un musée aux vertus universalistes.

Une affaire loin d’être anodine

Si l’aspect éthique est plus que condamnable, un think tank américain, The Washington Institute for Near-East Policy, a également fait remarquer que la sphère judiciaire pourrait être mise à contribution puisque “cet effacement géographique est probablement incompatible avec l’accord de la France d’autoriser Abou Dabi à utiliser le nom du Louvre”.

La polémique n’est d’ailleurs pas prête de s’estomper car le Qatar prend l’affaire très au sérieux, à l’image de Sheikha al Mayassa al-Thani, la responsable nationale des musées. Cette dernière a en effet interpellé le Louvre parisien sur Twitter afin de solutionner rapidement cette aberration. Sans succès pour le moment.

Source : La Tribune de l’Art

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

  • Urgent

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article