Armement : Macron refuse de se passer du marché saoudien

Publication: 22/02/2018

L’axe Paris-Riyad bat son plein sur le plan de l’armement; une donnée qu’Emmanuel Macron ne veut pas occulter. Et ce, malgré la catastrophe engendrée par le cavalier seul de l’Arabie saoudite au Yémen.

Et pour cause relève Challenges, “Riyad demeure le second client de la défense française derrière l’Inde entre 2007 et 2016 . Le montant des prises de commandes représentait (même) 764 millions d’euros en 2016. (Sachant que) la même année, (le géant du Golfe Persique) versait 1085,8 millions d’euros pour payer les matériels livrés.”

Une manne financière éloquente dont l’Etat ne souhaite pas se passer alors que le conflit yéménite divise largement les administrations siégeant à la Commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériels de guerre (CIEEMG) et les hautes sphères hexagonales.

Ainsi, dernièrement, “les représentants du ministère des Affaires étrangères ont émis des avis négatifs sur plusieurs dossiers*”, mais Matignon et l’Elysée ont tranché et refusé d’abdiquer sur ce point.

Une position décriée

Pour rappel, la ministre de la Défense, Florence Parly, était déjà montée au créneau le 9 février dernier pour justifier une posture diplomatique quelque peu encombrante : “Qui pouvait imaginer la survenance de ce conflit au Yémen ? (…) Beaucoup de pays sont confrontés à cette situation. (A savoir), livrer des armes à d’autres pays alors que ces armes n’étaient pas censées être utilisées“, plaisait-elle alors maladroitement.

Toutefois, il est important de noter que plusieurs nations du Vieux Continent ont fait le choix de stopper leurs exportations d’armes à destination de l’Arabie Saoudite. Il s’agit des Pays-Bas, de la Norvège, de la Belgique mais aussi de l’Allemagne qui a pris cette décision au mois de janvier.

*Selon Challenges, les dossiers les plus discutés sont ceux des matériels destinés aux unités engagées dans le conflit yéménite, comme la Garde nationale. Par exemple, les engins Sherpa et les VAB Mk3 de Renault Trucks Defense, les Caesar de nouvelle génération de Nexter, mais aussi ses canons de 105mm et ses blindés 6×6 Titus. 

Source : Challenges 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7... Voir l'article

  • Urgent

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

    Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à Moscou d’assurer l’indépendance de son... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article