La visite de Rex Tillerson à Londres fait débat

Publication: 22/01/2018

Alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni entretiennent historiquement une relation privilégiée, la visite à Londres du chef de la diplomatie américaine lundi 22 janvier dénote particulièrement. Et pour cause, il s’agit tout simplement d’un déplacement “camouflé” puisque Rex Tillerson inaugurera la nouvelle ambassade américaine en catimini.

Selon RTL, “la presse a été en grande partie tenue à l’écart de cette visite contrairement au programme initial et à (ce que veut) la tradition. Dès lors, (les médias) n’ont pu observer l’arrivée de Rex Tillerson qu’à l’extérieur du bâtiment flambant neuf, un imposant cube aux allures futuristes.”

Si Washington a justifié cette anomalie par la fermeture partielle des services publics US due à l’impasse du Congrès américain dans sa quête d’un accord budgétaire (shutdown), ou par la vétusté de la nouvelle ambassade en raison des travaux en cours, la réalité semble bel et bien différente.

Londres dans l’embarras

Le géant outre-Atlantique redouterait en effet un regain d’hostilité de la population britannique à l’égard de la politique de Donald Trump et de ses récents propos sur ce dossier.

Pour rappel, le locataire de la Maison Blanche avait indiqué qu’il ne serait pas présent en février lors de l’inauguration, jugeant le bâtiment trop coûteux et excentré. Il avait également regretté que l’auditoire local soit si critique envers l’action de son gouvernement.

L’affaire a pris tellement d’ampleur que le ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson, a dû publier un communiqué hier afin de pousser ses concitoyens à accueillir dignement l’ex-magnat de l’immobilier lors d’un futur déplacement.

Source : RTL

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

La France renforce sa coopération militaire avec le Tchad

Très présente dans le dossier G5 Sahel, la France continue sa lune de miel avec le Tchad en officialisant six... Voir l'article

  • Urgent

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article