Moscou et Pékin très irrités par la stratégie sécuritaire américaine

Après la publication par Washington d’un document portant sur la stratégie de sécurité nationale qui qualifie Moscou et Pékin “de forces hostiles”, la Russie et la Chine n’ont pas tardé à réagir en fustigeant mardi “le caractère impérialiste du rapport et la mentalité de guerre froide des Etats-Unis.”

Selon le Monde, la polémique a largement enflé la veille lorsque Donald Trump a accusé “la Russie et la Chine – des puissances rivales – de remettre en cause l’influence, les valeurs et la richesse de l’Amérique.”

Mais ce n’est pas tout, le locataire de la Maison Blanche leur a également reproché “de saper la sécurité et la prospérité” de l’Oncle Sam. De quoi mettre beaucoup d’huile sur le feu, vous en conviendrez.

Les gouvernement russe et chinois sont donc montés au créneau pour faire entendre leur courroux : 

“Nous pressons les Etats-Unis d’arrêter de déformer volontairement les intentions stratégiques de la Chine, ainsi que d’abandonner leurs concepts dépassés, comme leur mentalité de guerre froide”, a martelé Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Quant au porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, il est resté sur la même fréquence que son homologue chinoise : “Nous ne pouvons pas accepter qu’on traite le pays comme une menace à la sécurité des Etats-Unis.”

Ce document américain contraste ainsi avec la communication de Trump qui multiplie les rapprochements diplomatiques avec les deux géants. Et sur le banc des accusés, c’est bel et bien la Chine qui cristallise la plus grande partie de la salve US. Pékin est en effet suspecté “de vouloir supplanter les Etats-Unis en Asie, de voler des données américaines, ou encore de vouloir diffuser son système autoritaire.”

Il est important de noter que l’ogre russe reste plus ou moins épargné dans cette affaire, puisque Washington a tenu à saluer la collaboration efficiente entre les services de renseignement des deux pays, tout en surlignant parallèlement l’incroyable danger représenté par l’arsenal nucléaire de Moscou.

Source : Le Monde 

Article connexe :

Bruno Le Maire en mission à Moscou pour renforcer l’axe économique franco-russe

 

 

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.