Le Rafale revient dans la course pour le remplacement des F-16 belges

Publication: 21/04/2018

Afin de séduire Bruxelles qui souhaite remplacer ses F-16 vieillissants, Paris est prêt à faire des efforts significatifs destinés à supplanter la concurrence de l’Eurofighter (consortium européen) et du F35 (Lockheed Martin-USA). Et cela, alors que ces derniers ont été retenus par l’appel d’offres lancé en 2017 par le gouvernement belge, au contraire du Français Dassault.

Si Paris semblait bel et bien hors-jeu dans ce dossier, L’Opinion annonce sur son site Internet que Dassault et le Rafale sont susceptibles d’être repêchés in extremis par les autorités du plat pays. Cet imbroglio trouverait en effet sa source dans des dissimulations, par des cadres de l’armée locale, de notes portant sur la durée de vie des avions belges actuels lors de la procédure.

“Suite à l’enquête lancée par le Premier ministre, quatre militaires de haut-rang dont le Général commandant la Composante Air de l’Armée belge, ont été évincés avant d’être réintégrés. Une réintégration qui n’a pas convaincu l’opposition belge, estimant que le Ministre de la Défense était « hors-jeu ». Toutes ces manœuvres en coulisses ont en tout cas considérablement entaché l’appel d’offres ; un mémoire de l’Antwerp Management School, révélé par De Standaart, mettant en avant des risques de corruption (…) En conséquence, l’opposition socialiste a demandé la suspension d’urgence de la procédure d’achat des nouveaux avions.”

Dans le même temps, il est important de noter que des experts américains, également auditionnés cette semaine, ont affirmé qu’il était impossible de prolonger la durée de vie des F-16 actuels. Dès lors, “le Rafale, proposé hors de ce marché, pourrait vite revenir dans les têtes”, poursuit le média.

Un lobbying intensif de Dassault 

Pour rappel, Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, n’a pas ménagé ses efforts pour gagner les faveurs des décideurs belges. En atteste, les déclarations tenues par l’intéressé en septembre dernier, preuve d’un lobbying intensif :

“Nous œuvrons pour la Belgique depuis la fin des années 60, s’exclamait-il auprès de l’Usine Nouvelle. Et cela, par le biais de neuf entreprises filiales et plus de 3000 salariés belges dans des emplois à haute valeur technologique. Mais aussi par un réseau de plus de 800 fournisseurs référencés et plus de 800 millions d’euros de commandes annuelles.”

A suivre…

Source : L’Opinion

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique... Voir l'article

Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du... Voir l'article

L’ONU de plus en plus pressante sur le dossier libyen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi 12 février une résolution condamnant la recrudescence des violences en... Voir l'article

Monaco Resources Group sous surveillance en Afrique ?

Certaines activités du conglomérat monégasque Monaco Ressources Group (MRG) seraient dans le viseur des dirigeants africains. Le groupe n’en continue... Voir l'article

  • Urgent

    Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

    Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique judiciaire européenne. Et pourtant, malgré... Voir l'article

    Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

    80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du réchauffement climatique, toujours plus d’actualité.... Voir l'article

  • personnalites

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article