kering-evasion-fiscale

Evasion fiscale ? Les bons comptes de Kering en Suisse

Publication: 21/03/2018

Le groupe Kering, qui détient les marques prestigieuses Gucci, Yves-Saint-Laurent ou encore Balenciaga, est accusé d’évasion fiscale via un ingénieux système de sociétés écrans en Suisse. Plus de 2,5 milliards d’euros auraient échappé aux fiscs français, italien et britannique. Ce que dément le géant du luxe.

Gucci, Balenciaga, Yves-Saint-Laurent… trois grandes maisons de luxe reconnues internationalement et faisant partie du groupe Kering (propriété de la famille Pinault) se retrouvent accusées d’évasion fiscale à hauteur de 2,5 milliards d’euros, par une enquête de la justice italienne. Soit l’affaire de ce type la plus importante pour un groupe français. Même si l’on ignore encore si la France va s’en saisir, comme l’a fait l’Italie, qui poursuit Kering pour fraude fiscale. Seul un contrôle fiscal concernant Yves-Saint-Laurent est toujours en cours depuis 2016 en France. Mais comment Kering en est-il arrivé-là ?

 

Kering tourne son regard vers la Suisse

Tout commence le 29 novembre dernier, avec une opération commando lancée par les policiers de la Guardia di Finanza dans les locaux de Gucci à Florence et Milan, entraînant la perquisition des trois directeurs de la marque. Une opération orchestrée par le procureur de Milan, à la suite d’une enquête menée pour fraude fiscale. En effet, la maison de luxe est accusée d’avoir fait évader pendant sept ans, quelque 1,4 milliard d’euros d’impôts, en localisant ses profits en Suisse. Le tout, grâce à un montage financier qui a transité par le Luxembourg et les Pays-Bas, via deux succursales de Kering, Kering Holland et Kering Luxembourg.

C’est par cette dernière que cette opération a pu voir le jour, car Kering Luxembourg possède deux établissements et quatre sociétés dans le canton du Tessin, en Suisse. Gucci y a de son côté depuis 1997 une société, Luxury Goods International ou LGI, à Cadempino, près de Lugano. De simple entrepôt, LGI devient le centre logistique exclusif de Gucci, où tous les produits transitent. Une décision supposément mue par un accord fiscal entre Gucci et le canton du Tessin qui permet au géant du luxe de ne payer que 8% d’impôt sur les sociétés, contre 31% s’il avait dû s’en acquitter en Italie. Pour ce faire, Gucci a donné à LGI le monopole de la distribution et la vente en gros de ses produits.

LGI touche donc ainsi la majorité des recettes, trois fois moins taxées qu’en Italie. Et peu à peu, Gucci construit d’autres entrepôts dans le Tessin pour confirmer cette position, avec 600 employés et un chiffre d’affaires net de 7 milliards d’euros entre 2009 et 2017. Et une économie d’impôts d’1,4 milliard d’euros.

 

La France également concernée

Une opération identique s’est déroulée pour Yves-Saint-Laurent et Balanciaga. Yves-Saint-Laurent a été rachetée en 1999 par Kering, mais c’est seulement depuis 2012 que la marque est devenue rentable, grâce à l’arrivée du créateur Hedi Slimane et de son successeur en 2016, Anthony Vaccarello, contribuant tous deux à redorer une maison un peu vieillissante. Résultats : un chiffre d’affaires estimé à 1,5 milliard d’euros en 2017 et 180 millions d’euros d’impôts d’économisés depuis 2009.

Pour Balanciaga, si on connaît son chiffre d’affaires (450 millions d’euros en 2017), on ignore encore le montant de sa réduction d’impôts. Car les deux sociétés passent également par les entrepôts helvètes de LGI pour acheminer leurs produits dans leurs différents magasins. Les recettes transitent par la sous-filiale de Kering qui rémunère par la suite le siège parisien d’Yves-Saint-Laurent, au minimum. Un montage plutôt lucratif mais sulfureux et “occulte” selon les termes du procureur de Milan. Ce qui explique pourquoi, en octobre, 2016, François-Henri Pinault, sa fidèle collaboratrice Patricia Barbizet ou encore son bras-droit Jean-François Palus, ont tous démissionné des sociétés offshore parties au montage.

Pourtant, officiellement chez Kering, il n’y a aucun problème. « L’existence de la société Kering Luxembourg SA ne procure pas d’avantage fiscal au groupe Kering. LGI (…) est au cœur des activités internationales de distribution (…) des marques du Groupe et constitue une importante implantation industrielle (…). Le Groupe s’acquitte en Suisse des impôts dus, en conformité avec la loi et le statut fiscal de la société et sa situation est bien connue des autorités fiscales helvétiques, italiennes et françaises ».

Aux justices française et italienne de trancher.

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

  • Urgent

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article