Djihadisme : la Belgique se prononce en faveur d’une justice internationale

A l’image de la Suisse – qui souhaite que ses djihadistes soient jugés en Irak et en Syrie et ne reviennent donc pas sur le territoire – le gouvernement belge s’est lui aussi prononcé le 21 février en faveur d’une « justice internationale » en la matière.

Selon le site RTBF, « le Conseil national de sécurité, réuni jeudi matin sous la présidence du Premier ministre, Charles Michel, a marqué sa préférence pour ‘une forme de justice internationale ad hoc’ afin de juger les combattants étrangers détenus, soit par le gouvernement irakien, soit par l’alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS). »

Il est toutefois important de noter que Bruxelles souhaite dans le même temps rapatrier « les enfants de combattants âgés de moins de 10 ans pour peu qu’il y ait une demande de membres de la famille restés en Belgique ».

Pour information, la France est également soumise à un sérieux dilemme dans ce dossier puisqu’elle pourrait être contrainte de juger ses propres djihadistes. Et pour cause, Washington – qui a décidé de retirer progressivement ses troupes de Syrie – pousse ses alliés européens à « reprendre » les centaines de combattants du groupe Etat islamique capturés sur le territoire sinistré. Et cela, afin de les traduire en justice.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.