Argentine : Buenos Aires regagne la confiance du FMI !

Publication: 20/09/2016

Après 10 ans d’absence et “de brouille”, le FMI s’est rendu lundi 19 septembre en Argentine pour réaliser un audit de la situation économique d’un pays longtemps pris à la gorge par les fonds vautours et les dérives politiques en tout genre. 

La motion de censure imposée par l’organisme en 2013 contre Buenos Aires pourrait en conséquence être levée dans la foulée. Le FMI contestait en effet la véracité des chiffres de l’inflation et de la croissance transmis par l’Institut des statistiques (Indec), et cela durant dix ans.

Mais les efforts de transparence opérés depuis par les autorités en réformant notamment les méthodes de calcul de l’Indec pourraient payer à court terme, comme le souligne Guillermo Nielsen, ancien secrétaire aux Finances entre 2002 et 2005 :

“Cette visite, c’est un pas de plus vers le retour de la confiance entre l’Argentine et la communauté internationale”, a-t-il annoncé en grande pompe.

Avant d’affirmer que “le bilan qui ressortira de cette mission de douze jours devrait être globalement positif, car les mesures économiques du gouvernement ont été bien accueillies.”

Le président, Mauricio Macri, élu en novembre dernier, n’est bien sûr pas étranger à ce regain de confiance après avoir lancé en avril 2016 une opération d’endettement de grande ampleur destinée à indemniser les fonds vautours, propriétaires d’une grande partie de la dette locale.

Ce retour fracassant du géant sud-américain sur le marché monétaire avait d’ailleurs connu un véritable succès, puisque la demande atteint près de 70 milliards de dollars.

D’autre part, cette initiative actait par la même occasion la plus importante levée de fonds en Argentine depuis vingt ans, alors que cet Etat ne parvenait pas à solder un contentieux historique avec les fonds spéculatifs, qui avaient dans leur majorité, toujours exclu de concéder une décote sur les titres qu’ils détenaient.

Pour rappel, ces derniers avaient racheté une grande partie de la dette à 20 % de sa valeur lors de la crise économique qui frappa le pays au début des années 2000, tout en refusant par la suite de participer à la procédure de renégociation, pourtant cruciale pour l’avenir de cette nation.

Sources : Les Echos et La Tribune de Genève

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième... Voir l'article

L’application WhatsApp encore frappée par les hackers

La très populaire application de messagerie, WhatsApp (1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde), a subi récemment une cyber-attaque majeure. Une... Voir l'article

L’Arabie saoudite dénonce un sabotage sur deux de ses pétroliers en mer d’Oman

Deux pétroliers saoudiens ont subi d’importants dégâts dimanche 12 mai au large des Emirats arabes unis, confirme Riyad, qui appelle... Voir l'article

Libye : Emmanuel Macron exige un cessez-le-feu sans condition

Le président français a rencontré mercredi 8 mai le le chef du gouvernement d’Union nationale libyen (GNA) reconnu par l’ONU,... Voir l'article

  • Urgent

    Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

    Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième génération (5G) – tout en... Voir l'article

    L’application WhatsApp encore frappée par les hackers

    La très populaire application de messagerie, WhatsApp (1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde), a subi récemment une cyber-attaque majeure. Une faille de sécurité a en... Voir l'article

  • personnalites

    Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

    Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième génération (5G) – tout en... Voir l'article

    Libye : Emmanuel Macron exige un cessez-le-feu sans condition

    Le président français a rencontré mercredi 8 mai le le chef du gouvernement d’Union nationale libyen (GNA) reconnu par l’ONU, Fayez el-Sarraj, afin de faire... Voir l'article

    Des élections législatives incertaines au Bénin

    Le Bénin de Patrice Talon traverse une crise politique sans précédent. Pour la première fois depuis trente ans, l’opposition béninoise ne présentera aucune liste aux... Voir l'article