Piratage mondial : les banques tirent le signal d’alarme

Après la tentative de piratage récente des systèmes informatiques de Sony destinée à supprimer des fichiers importants et révéler des mails embarrassants, les experts en technologie des grandes institutions financières mondiales ont décidé de tester la sécurité de leurs propres systèmes face à ce « maliciel ». Les résultats ont été peu probants, puisqu’un responsable de la sécurité d’une grande banque américaine a avoué que seul 95% du réseau était efficacement protégé.

Ce dernier n’a d’ailleurs pas caché son inquiétude : « Je suis loin d’être satisfait des 5% restants depuis ce qu’il s’est passé avec Sony. » L’expert a en conséquence sollicité des fonds supplémentaires auprès des responsables de la structure afin de « boucher les trous », une orientation qu’il juge prioritaire.

La finance est la cible privilégiée des pirates avec 300% d’attaques supplémentaires par rapport aux autres secteurs selon Websence, une société spécialisée en cybersécurité. Et ce n’est pas tout, un rapport publié en mai par le Conseil américain de la surveillance de la stabilité financière précise que les cyberattaques envers les banques sont des menaces qui pourraient engendrer, à terme, un risque systémique de grande ampleur.

Selon le même rapport, le secteur financier dans sa globalité accuserait une hausse de 141% des pertes dues aux piratages entre 2013 et 2014. L’assureur britannique Lloyd estime même que le coût de ces attaques s’élèverait à 400 milliards de dollars par an.

Source : Le Nouvel Economiste

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.