Guinée Bissau : l’épilogue des législatives rassure la Cedeao

Après plusieurs années d’incertitude, la Guinée-Bissau va enfin pouvoir jouir d’un hémicycle digne de ce nom. Et cela, pour le plus grand bonheur de la Cedeao. L’institution continentale avait en effet sommé le président en place, José Mario Vaz, de mettre fin à cette situation politique intenable en respectant l’Accord de Conakry.

Après la pluie, le beau temps, comme dit le proverbe. Et il était temps pour la Guinée-Bissau, c’est un euphémisme. Et pour cause, la Cour suprême de Bissau a définitivement entériné, mercredi 20 mars, les résultats des législatives. Le PAIGC, du président en place, José Mario Vaz, obtient ainsi la majorité à l’Assemblée avec 47 sièges sur 102.

Dans les faits, seules six formation ont obtenu des sièges sur les 21 qui étaient en lice initialement. Pour autant, l’essentiel est bien ailleurs puisque cette décision met fin à quatre longues d’années de marasme politique sur le territoire. Mais surtout de grosses sueurs froides pour la Cedeao.

Pour information – depuis 2015 et le limogeage par le chef de l’Etat de l’ex-Premier ministre, Domingos Simoes Pereira (issu des élections de 2014) – aucun gouvernement formé à l’initiative du José Mario Vaz, lui-même, n’avait jamais pu obtenir le quitus de quatre des cinq partis présents à l’Assemblée nationale. Le PAIGC ayant systématiquement rejeté tous les Premiers ministres nommés par le président sans son accord, comme l’exige la Constitution.

A suivre…

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.