Économie ivoirienne : le FMI toujours optimiste

Publication: 19/10/2018

Les performances réalisées par la Côte d’Ivoire dans le cadre du programme appuyé par le FMI sont « solides », contrairement à ce qu’affirme La Lettre du Continent du 17 octobre dernier. Les bons résultats de la Côte d’Ivoire mènent les services de l’institution financière à conclure un nouvel accord avec les autorités ivoiriennes.

Dans sa lettre du 17 octobre, La Lettre du continent prétend que « le FMI épingle la gestion des sociétés publiques » par la Côte d’ivoire et « s’inquiète de l’endettement jugé chronique de ces entités ». Or, si l’on prend le temps de lire le rapport de l’institution financière, on se rend compte que les conclusions des services du FMI sont absolument positives. Ce n’est pas la première fois que La Lettre du continent s’attaque au gouvernement Ouattara sans vérifier ses sources, à tel point qu’on peut s’interroger sur le sérieux et la rigueur journalistique du bimensuel.

Car le FMI est sans ambiguïté : « En dépit des chocs endogènes et exogènes de l’année 2017, l’économie ivoirienne a montré sa résilience et de bonnes performances économiques sont prévues pour 2018 et 2019 », s’enthousiasme la mission du FMI ayant visité Abidjan du 19 septembre au 3 octobre. Dirigée par Cécile Allard, la mission devait tenir des discussions sur la quatrième revue du programme économique et financier triennal soutenu par l’institution financière.

Or la visite s’est avérée concluante. Un nouvel accord a en effet été conclu entre les autorités ivoiriennes et la mission du FMI, qui a noté le progrès du pays ouest-africain en matière de renforcement du secteur financier dans le contexte de la transition régionale vers les nouvelles normes prudentielles.

« Les performances réalisées dans le cadre du programme appuyé par le FMI ont été solides au cours du premier trimestre de 2018. Tous les critères de performance et les repères indicatifs pour fin juin 2018 ont été atteints. Les repères structurels sur la gestion de la dette publique, le suivi des entreprises publiques, et de politique fiscale et d’administration budgétaire ont également été mis en œuvre. Le déficit budgétaire devrait ainsi se situer à 4 % du PIB en 2018, en ligne avec les objectifs du programme, avec un faible manque à gagner sur les recettes, compensé notamment par une légère révision à la baisse des investissements publics », expliquent les services du FMI.

Des progrès en matière de gestion des entreprises publiques

Loin de s’inquiéter de la gestion des sociétés publiques, comme l’ont suggéré à tort certains médias, « la mission a noté les progrès réalisés en matière de restructuration et de suivi rapproché des entreprises publiques, ainsi que de surveillance des partenariats publics-privés et de leurs risques budgétaires associés ».

Afin d’atteindre les principaux objectifs du programme soutenu par le FMI, les services de l’institution financière et les autorités ivoiriennes se sont accordés sur des mesures de politiques budgétaires pour 2019. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme du déficit région de l’UEMOA de 3 % du PIB. En outre, la nécessité de préserver la viabilité de la dette a été confirmée par la mission du FMI et les autorités locales, qui se sont toutefois accordées pour créer l’espace nécessaire au financement du Programme national de développement 2016-2020.

Les conclusions de la mission du FMI s’inscrivent dans le droit fil des déclarations récentes de l’institution. En effet, à la suite des consultations au titre de l’article IV et de la troisième revue des accords de Facilité élargie de crédit (FEC) et de Mécanisme élargi de crédit (MED), en juin dernier, le FMI avait validé le versement de 136,6 millions de dollars en faveur de la Côte d’Ivoire. La vigueur de l’économie ivoirienne ne fait, semble-t-il, aucun doute pour l’institution financière internationale.

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant... Voir l'article

Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique... Voir l'article

Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du... Voir l'article

L’ONU de plus en plus pressante sur le dossier libyen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi 12 février une résolution condamnant la recrudescence des violences en... Voir l'article

  • Urgent

    Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

    Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant le gouvernement irakien à serrer... Voir l'article

    Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

    Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique judiciaire européenne. Et pourtant, malgré... Voir l'article

  • personnalites

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article