Julian Assange victime d’une vaste opération de surveillance menée par Quito

Publication: 19/05/2018

Selon une information du Guardian, relayée par Le Point, Julian Assange a fait l’objet d’un comportement schizophrénique de la part de Quito. D’abord recueilli en 2012 par l’ambassade d’Equateur, à Londres, afin d’échapper à une extradition vers la Suède dans une affaire de viol et d’agression sexuelle, le fondateur de WikiLeaks a été par la suite minutieusement espionné par le gouvernement sud-américain.

D’après le média britannique, qui cite des documents du renseignement équatorien, “Quito a monté une opération d’un budget de 5 millions de dollars destinée dans un premier temps à protéger et à soutenir J. Assange, avant d’évoluer vers une surveillance systématique de ses faits et gestes (…) Pour mener à bien cet (objectif), le gouvernement équatorien a fait appel aux services d’une société de sécurité qui louait un appartement à proximité de l’ambassade, mais également à des agents sous couverture, et même à la police.”

L’Australien, âgé aujourd’hui de 46 ans, a ainsi fait l’objet de vidéos et de rapports très détaillés répertoriant “ses interactions avec le personnel de l’ambassade, son équipe juridique et d’autres visiteurs”. Plus stupéfiant, ses changements d’humeur ont aussi été décortiqués par ses hôtes.

Les USA en embuscade ?

Le Guardian va même plus loin et affirme que J. Assange est “lui-même parvenu à pénétrer le système informatique (du bâtiment) et à intercepter des communications officielles et personnelles”.

Néanmoins, ces informations doivent être interprétées avec délicatesse puisque WikiLeaks a rapidement démenti l’affaire via son compte Twitter.

Pour rappel, l’intéressé est au centre d’un vaste marasme judiciaire le liant à Washington. Ce dernier craint en effet d’être extradé puis jugé aux Etats-Unis en raison des révélations publiées en 2010 par WikiLeaks relatant de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Sources : The Guardian et Le Point

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son... Voir l'article

Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une... Voir l'article

Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président... Voir l'article

Chine : Pékin lorgne toujours plus sur le marché de l’or

Très actif, le géant asiatique pourrait rapidement obtenir la plus grande réserve d’or de la planète, devant la Russie. Selon... Voir l'article

  • Urgent

    Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

    Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son travail de sape contre le... Voir l'article

    Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

    Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une audience toujours plus élevée; le... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

    Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président Maduro sur un plateau. Et... Voir l'article

    Emmanuel Macron ne veut pas que les lois portent le nom des ministres

    Le JDD révèle qu’Emmanuel Macron a exigé au début de son quinquennat que les ministres n’attribuent plus leur nom aux lois dont ils sont l’auteur. ... Voir l'article

    Usurpation de l’identité de Macron : deux hommes jugés en correctionnel

    Deux hommes, respectivement âgés de 32 et 38 ans, sont suspectés d’avoir usurpé l’identité du chef d’Etat ainsi que le nom de sa formation politique... Voir l'article