Julian Assange victime d’une vaste opération de surveillance menée par Quito

Selon une information du Guardian, relayée par Le Point, Julian Assange a fait l’objet d’un comportement schizophrénique de la part de Quito. D’abord recueilli en 2012 par l’ambassade d’Equateur, à Londres, afin d’échapper à une extradition vers la Suède dans une affaire de viol et d’agression sexuelle, le fondateur de WikiLeaks a été par la suite minutieusement espionné par le gouvernement sud-américain.

D’après le média britannique, qui cite des documents du renseignement équatorien, « Quito a monté une opération d’un budget de 5 millions de dollars destinée dans un premier temps à protéger et à soutenir J. Assange, avant d’évoluer vers une surveillance systématique de ses faits et gestes (…) Pour mener à bien cet (objectif), le gouvernement équatorien a fait appel aux services d’une société de sécurité qui louait un appartement à proximité de l’ambassade, mais également à des agents sous couverture, et même à la police. »

L’Australien, âgé aujourd’hui de 46 ans, a ainsi fait l’objet de vidéos et de rapports très détaillés répertoriant « ses interactions avec le personnel de l’ambassade, son équipe juridique et d’autres visiteurs ». Plus stupéfiant, ses changements d’humeur ont aussi été décortiqués par ses hôtes.

Les USA en embuscade ?

Le Guardian va même plus loin et affirme que J. Assange est « lui-même parvenu à pénétrer le système informatique (du bâtiment) et à intercepter des communications officielles et personnelles ».

Néanmoins, ces informations doivent être interprétées avec délicatesse puisque WikiLeaks a rapidement démenti l’affaire via son compte Twitter.

Pour rappel, l’intéressé est au centre d’un vaste marasme judiciaire le liant à Washington. Ce dernier craint en effet d’être extradé puis jugé aux Etats-Unis en raison des révélations publiées en 2010 par WikiLeaks relatant de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Sources : The Guardian et Le Point

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.