Déficit public : Espagne et Portugal bientôt sanctionnés ?

Publication: 19/05/2016

Madrid et Lisbonne, qui ont échoué en 2015 dans l’objectif fixé par la Commission Européenne de réduire leur déficit public (à 4,2% du PIB pour Espagne et 3% pour le Portugal), ont toutefois obtenu un sursis de Bruxelles qui préfère patienter jusqu’aux élections législatives espagnoles, prévues fin juin, avant de sévir.

Le média luxembourgeois, Le Quotidien, souligne que ces deux mauvais élèves de l’UE “auraient pu être les premiers de la zone euro à écoper d’une amende pouvant aller jusqu’à 0,2% de leur produit intérieur brut, depuis l’instauration de nouvelles procédures après la crise de la dette.”

Toutefois, la Commission ne souhaite pas agir dans la précipitation précise Pierre Moscovici, le commissaire européen chargé des Affaires économiques : “Ce n’est pas le bon moment économiquement ou politiquement pour prendre ces mesures.”

Et ce sont les élections législatives ibériques (26 juin) qui serviront de point d’orgue à un nouveau bilan, celui-ci certainement plus décisif en vu d’une sanction : “Il va y avoir des élections, nous n’avons pas en face de nous un  gouvernement capable de prendre les mesures qui seraient nécessaires”, tempère-t-il.

Et pour cause, le Parlement espagnol est actuellement fragmenté en raison du scrutin législatif du 20 décembre dernier qui n’a accouché d’aucun accord entre les partis concernés. Actuellement, le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy se contente seulement de gérer les affaires courantes.

Le Portugal sera donc également astreint à ce calendrier rajoute P.Moscovici, Bruxelles ne pouvant se résoudre à sanctionner uniquement Lisbonne.

Ce dernier a d’ailleurs conclu son intervention avec une note de pragmatisme : “Nous avons également pris en compte le fait que ce sont deux pays qui ont subi la crise de plein fouet, dont les taux de chômage restent extrêmement élevés, et qui ont fait l’un et l’autre des efforts significatifs en matière de réformes.”

Source : Le Quotidien

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son... Voir l'article

Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une... Voir l'article

Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président... Voir l'article

Chine : Pékin lorgne toujours plus sur le marché de l’or

Très actif, le géant asiatique pourrait rapidement obtenir la plus grande réserve d’or de la planète, devant la Russie. Selon... Voir l'article

  • Urgent

    Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

    Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son travail de sape contre le... Voir l'article

    Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

    Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une audience toujours plus élevée; le... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

    Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président Maduro sur un plateau. Et... Voir l'article

    Emmanuel Macron ne veut pas que les lois portent le nom des ministres

    Le JDD révèle qu’Emmanuel Macron a exigé au début de son quinquennat que les ministres n’attribuent plus leur nom aux lois dont ils sont l’auteur. ... Voir l'article

    Usurpation de l’identité de Macron : deux hommes jugés en correctionnel

    Deux hommes, respectivement âgés de 32 et 38 ans, sont suspectés d’avoir usurpé l’identité du chef d’Etat ainsi que le nom de sa formation politique... Voir l'article