Syrie : François Hollande évoque un risque de guerre entre Moscou et Ankara

Le président français, interviewé par Europe 1 vendredi 19 février, n’a pu cacher ses craintes sur l’état chaotique des relations diplomatiques entre la Russie et la Turquie. Ce dernier a souligné que l’implication militaire d’Ankara en Syrie pourrait engendrer un risque de guerre entre les deux nations.

« C’est pourquoi le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit en ce moment » a-t-il tempéré tout en ajoutant que « ce ne sera pas une guerre directe mais peut-être une guerre indirecte car il y a des avions qui bombardent les mêmes populations dans le nord de la Syrie. »

Le chef de l’exécutif hexagonal souhaite dès lors que l’ensemble des protagonistes trouvent une solution politique dans les plus brefs délais et a lancé en conséquence « un appel ferme et solennel pour que les négociations reprennent vite, que les bombardements cessent, et que l’aide humanitaire arrive. »

Ce dernier a ajouté dans la foulée que « les Turcs ne doivent pas s’engager là où ils n’ont pas à aller » tout en mettant la pression sur Moscou : « La Russie ne s’en sortira pas en soutenant unilatéralement Bachar el-Assad (…) Nous devons être tous ensemble pour mettre en oeuvre cette transition politique. » 

F.Hollande se veut donc catégorique sur ce dossier en envoyant une dernière pique à Vladimir Poutine : « Je ne peux pas accepter qu’en parallèle des négociations, on bombarde des populations civiles. »

Source : Europe 1

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.