Le passage d’un porte-avions chinois à proximité des côtes taïwanaises inquiète Taipei

Publication: 18/11/2019

Le deuxième porte-avions de la marine chinoise, qui ne porte pas encore de nom et n’est toujours pas diplomatiquement actif, a fortement ébranlé les autorités de Taipei après son passage récent dans le détroit séparant le géant asiatique et le territoire de Taïwan… revendiqué par Pékin.

Face à cette polémique naissante, le porte-parole de la marine chinoise, Cheng Dewei, a tenu à éteindre l’incendie rapidement en confirmant que cette opération “ne visait aucune cible spécifique et n’avait rien à voir avec la situation (politique) actuelle”.

De son côté, la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, a avoué que le petit Etat insulaire se tenait sur ses gardes : “Nous suivons la situation de près dans l’ensemble du détroit. Nous sommes capables de nous défendre”, a-t-elle ainsi martelé auprès de la presse internationale.

70 ans de “guerre froide”

En froid avec la Chine depuis 1949, Taiwan tente en effet d’exister sur l’échiquier diplomatique planétaire. Mais l’ombre de Pékin, plus imposante année après année, réduit inexorablement les ambitions de Taipei.

Et pour cause, Taiwan a perdu en plus de trois ans la reconnaissance du Burkina Faso, du Panama, de la République dominicaine, de Sao Tomé-et-Principe, mais aussi celle du Salvador. “(Dans les faits), tous ces Etats ont effet choisi de répondre aux appels sonnants et trébuchants de la Chine continentale”, souligne Libération.

De ce fait, l’île, non reconnue pas l’ONU, ne comprend aujourd’hui que 15 alliés diplomatiques dans le monde, essentiellement des nations de faible envergure. Problématique, vous en conviendrez – alors que cette démocratie disposant d’un système électif viable, d’une presse libre de ses mouvements et de ses écrits, mais aussi d’une société civile en très bonne santé – ne demande qu’à s’émanciper en matière de politique internationale.

Malheureusement, le gouvernement chinois ne l’entend pas de cette oreille et se refuse à considérer toute velléité d’indépendance “officielle”. D’autant plus que l’arrivée au pouvoir début 2016 de la présidente autonomiste, Tsai Ing-wen, n’a fait qu’empirer ce postulat.

Un processus destiné à isoler Taiwan

Résultat, Pékin multiplie les approches pécuniaires à l’encontre des derniers partenaires de Taipei…. Qui ne résistent pas à l’arrivée d’investissement bienvenus en temps de crise. Un chantage au porte-monnaie auquel se refuse la dirigeante qui déplore l’arsenal dissuasif de son imposant voisin :

La rupture des relations diplomatiques n’est pas un incident isoléTout cela fait partie d’une série d’actes de coercition diplomatiques et militaires”, confirmait ainsi Tsai Ing-wen en septembre 2018. “Cela comprend l’envoi d’avions militaires pour encercler Taiwan, contraindre les compagnies aériennes internationales à changer de désignation pour Taiwan, priver la ville de Taichung de son droit d’accueillir les Jeux de la jeunesse de l’Asie de l’Est(Concrètement), la Chine n’a jamais assoupli son emprise…”

A suivre…

A lire aussi :

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement... Voir l'article

Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère... Voir l'article

Diplomatie : saluée pour sa gestion de la crise sanitaire, la Corée du Sud s’émancipe

Nation historiquement coincée dans le giron de l’Empire chinois, puis colonie japonaise au tournant du XXème siècle et désormais fidèle... Voir l'article

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

  • Urgent

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article