Pour créer son nouvel univers virtuel, Zuckerberg va massivement recruter dans l’UE

Facebook compte massivement recruter dans l'UE

Facebook souhaite façonner la plateforme de connexion à Internet la plus futuriste possible. A savoir le metaverse. Il s’agit ni plus ni moins d’un monde accessible via des lunettes de réalité virtuelle ou augmentée. L’utilisateur peut ainsi s’évader complétement et vivre une autre existence. Et cela, en gagnant de l’argent, communiquant et travaillant autrement. En ce sens, Mark Zuckerberg annonce en grandes pompes le recrutement de 10 000 ingénieurs issus de l’UE.

Comme l’explique La Tribune, « le metaverse s’apparente à un concept d’univers virtuel, imaginé pour la première fois en 1992 dans ‘Le Samouraï virtuel’, de Neal Stephenson. Ce roman de science-fiction place une partie de son intrigue dans un monde artificiel accessible en ligne; Un cyberespace parallèle au monde physique, dans lequel une communauté de personnes peut interagir collectivement par avatars interposés.

De nombreuses applications récentes peuvent en donner un aperçu, comme Fortnite, célèbre jeu massivement en ligne d’Epic Games. Ou encore Horizon, le nouveau service de visioconférence et travail de groupe de Facebook. (Il vise des participants équipés de casque de réalité virtuelle). Sans oublier l’ancêtre Second Life, jeu de rôle massivement multijoueur en ligne, et premier metaverse mis en ligne gratuitement en 2003 ».

10 000 ingénieurs issus de l’UE

En ce sens, Facebook annonce ce lundi le recrutement sous 5 ans de 10 000 profils hautement qualifiés à travers l’UE, ajoute Le Figaro. Dans son communiqué, le mastodonte de l’oncle Sam se veut dithyrambique sur le vivier technologique européen. Et lorgne donc sur les jeunes pépites du Vieux continent.

Le média rappelle d’ailleurs que le groupe américain « a ouvert en 2015 à Paris un laboratoire de recherche en intelligence artificielle, ‘le Fair‘, qui accueille 60 chercheurs et ingénieurs, dont certains en provenance de l’INRIA. Ces derniers travaillent sur différents projets autour du traitement automatique du langage, de la reconnaissance d’images ou des infrastructures logiques et physiques des systèmes avancés d’IA ».

A lire aussi : 

Articles en relation