Moscou « juge de paix » dans le dossier du nord syrien

Alors que le récent retrait américain au nord de la Syrie a ouvert la brèche à une offensive turque sur les forces kurdes de Syrie (FDS), et engendrait de facto une alliance entre les FDS et le régime de Bachar al-Assad, la Russie, alliée de Damas, se propose à présent de jouer les médiateurs dans ce dossier explosif.

Selon une information relayée par Le Point, le président russe, Vladimir Poutine, a discuté au téléphone du conflit syrien avec son homologue turc, Recep Erdogan, et l’a invité à Moscou d’ici la fin octobre afin de déminer dans les plus brefs délais un conflit imminent entre les unités turques et syriennes. Ces dernières étant désormais très proches géographiquement. Dans les faits, les deux dirigeants ont souligné leur désir de préserver l’intégrité territoriale de la République syrienne sur le territoire.

Mais ce n’est pas tout, d’après le site 20 minutes, Ankara aurait d’ores et déjà donné son accord pour une rencontre prévue mardi prochain. Le média ajoute également que les forces russes sont actives au Nord depuis mercredi au sein de la ville kurde de Kobané. Et cela, en soutien des soldats de Damas. Par ailleurs, des membres de la police militaire russe patrouillent parallèlement depuis mardi dans le secteur de la ville de Minbej, où la Turquie souhaitent déloger les combattants kurdes.

A suivre…

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.