Libye : le gouvernement sollicite l’aide militaire de ses partenaires arabes

Le gouvernement d’union nationale libyen, aujourd’hui reconnu par la communauté internationale, souhaite être activement soutenu par ses alliés arabes dans la lutte contre l’expansion de l’Etat islamique dans le pays. L’organisation terroriste a récemment pris le contrôle de la ville de Syrte sur la côte méditerranéenne.

Le ministre des Affaires étrangères, Mohammed al-Dairi, a lancé cet appel lors d’une réunion en urgence de la Ligue arabe au Caire : « Notre armée n’est pas en mesure de lutter contre l’Etat Islamique, faute de moyens viables. Ce dernier rajoute que « les terroristes cherchent à établir une base en Libye car la situation devient préoccupante pour eux en Irak et en Syrie en raison des frappes aériennes américaines. »

La Ligue arabe a donc exhorté les États-membres à soutenir la Libye séparément ou en groupement, comme ce fut le cas par exemple pour l’Égypte. Le Caire avait procédé à des frappes aériennes contre l’Etat Islamique après l’exécution de 21 otages égyptiens.

Les États-membres se réuniront prochainement pour discuter de la formation d’une force arabe commune afin d’intervenir dans les crises régionales et lutter contre le terrorisme.

Pour rappel, la Libye est soumise à un embargo des Nations unies sur les armes depuis 2011. En mars dernier, devant l’instabilité sur le territoire, l’ONU s’était dite néanmoins prête à examiner des demandes de dérogations de tout gouvernement.

Mais la situation politique libyenne est complexe. Le pays est en effet divisé entre un parlement élu et un gouvernement à l’Est, et une milice islamiste soutenue par le gouvernement basée dans la capitale, Tripoli.

Source : The New York Times

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.