GB : David Cameron souhaite que Londres intensifie les frappes aériennes en Syrie

Le Secrétaire britannique à la Défense, Michael Fallon, a annoncé devant les députés que David Cameron allait solliciter auprès du Parlement une augmentation des frappes aériennes en Syrie.

« Le Parlement sera appelé à définir si l’activité militaire du Royaume en Syrie est suffisante » précise M.Fallon. Actuellement, l’aviation britannique organise des frappes régulières sur le sol irakien, mais son engagement en Syrie se limite uniquement à des missions de surveillance et de renseignement.

Pour le Secrétaire, il ne s’agit que d’une question de temps. David Cameron attend en effet l’élection d’un nouveau chef du Parti travailliste en septembre pour solliciter un nouveau vote permettant des frappes accrues contre l’Etat Islamique.

M.Fallon a également avoué que cinq pilotes britanniques s’étaient joints aux forces de la coalition lors de raids en Syrie. Une révélation qui a agité nombre de parlementaires, accusant le Gouvernement d’avoir outrepassé ses prérogatives. Pour rappel, le Parlement britannique avait rejeté, il y a deux ans, la demande du gouvernement Cameron d’une intervention militaire dans ce pays.

Le Secrétaire s’est défendu en évoquant « des pratiques habituelles d’échanges de personnels avec les armées alliées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ». Selon lui, « seule une poignée de pilotes britanniques est incorporée aux forces américaines et placée sous leurs chaînes de commandement. »

Le chef de l’exécutif, David Cameron, s’est également exprimé avec fermeté : « La lutte contre l’Etat Islamique doit également être intensifiée au sol. » Toutefois, il a immédiatement exclu l’hypothèse d’une intervention terrestre des forces armées britanniques, en précisant que « c’est aux soldats irakiens et syriens d’intervenir. »

Source : The Mirror

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.