La pollution a tué 2,3 millions de personnes en Inde en 2019, selon une étude du Lancet

La pollution a tué 2,3 millions de personnes en Inde en 2019, selon une étude du Lancet

Près de 1,6 million de décès en Inde, sur la seule année 2019, découlent de la pollution de l’air, relaie The Independent, dont plus de 500 000 à cause de la pollution de l’eau.

La pollution de l’air a entraîné plus de 2,3 millions de décès prématurés en Inde en 2019, le plus grand bilan mondial sur cette période, révèle une étude publiée par The Lancet qui portait aussi sur la Chine, les États-Unis et de nombreux pays africains et européens. En tout et pour tout, la pollution a entraîné 9 millions de morts dans le monde cette année-là, un chiffre qui correspond à « un décès sur six », confirme la Commission Lancet sur la pollution et la santé.

Près de 1,6 million de décès en Inde sont dus à la seule pollution de l’air, tandis que plus de 500 000 ont été causés par la pollution de l’eau, selon le rapport. Les chercheurs ont également souligné que la majorité des décès étaient causés par la pollution ambiante par les particules fines, tandis qu’une autre partie découlait de la pollution de l’air domestique.

Des efforts qui ne portent pas encore leurs fruits

Bien qu’il y ait eu une baisse des décès attribuables aux types de pollution associés à l’extrême pauvreté, comme la pollution de l’air domestique et la pollution de l’eau, cette baisse a été compensée par une augmentation des décès causés par la pollution industrielle, la pollution de l’air ambiant et la pollution chimique toxique.

Autre point important : si l’Inde poursuit ses efforts contre la pollution de l’air domestique par le biais de politiques gouvernementales visant à fournir des sources d’énergie alternatives, le géant asiatique détient le plus grand nombre estimé de décès liés à la pollution de l’air au monde en 2019. Pour information, la quantité de pollution reste bien supérieure aux directives de l’OMS dans 93% de l’Inde.

Articles en relation