« L’EI considère la France comme plus dangereuse que les Etats-Unis »

L’anthropologue franco-américain, Scott Atran, a analysé pour Le Monde la logique de pensée militaire des djihadistes de Daech. Pour cela, il s’est rendu en Irak afin de « sonder » des combattants kurdes ainsi que des prisonniers de l’organisation terroriste.

S.Atran souligne qu’au sein de l’EI, la notion d’individualité se noie dans une notion plus communautaire : « Ces éléments n’ont qu’une identité, celle de leur groupe, pour lequel ils sont prêts à se battre et à mourir. Les groupes jihadistes se caractérisent par leur capacité à fusionner et par un ensemble de valeurs, ce qui les rend extrêmement puissants. »

Cet effet de masse a ainsi tendance à sublimer leur vision des forces en présence : « Sans surprise, les membres de l’EI pensent qu’ils sont très forts et que leurs ennemis sont faibles. » Pour autant, tous les opposants militaires ne sont pas logés à la même enseigne selon ces terroristes : « Pour eux, les combattants iraniens (et sans doute chiites, par extensions) sont les plus sérieux. »

Paradoxalement, les Américains sont considérés comme « physiquement forts mais spirituellement faibles. » Les Français font, eux, office de véritables épouvantails : « Ces derniers estiment qu’ils sont plus dangereux que les Américains en raison de la crainte qu’ils ont de l’aviation française (…) L’EI redoute en effet davantage les Rafale hexagonaux surnommés « les pigeons noirs », en raison de leurs frappes  systématiques » précise l’anthropologue.

Source : OPEX

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.