Washington et Ankara se menacent mutuellement sur le dossier syrien

Les Etats-Unis, qui ne goûtent guère à l’offensive turque contre ses alliés kurdes au nord-est de la Syrie, ont décidé de menacer Ankara de multiples sanctions afin de solder cet épineux dossier.

La Maison Blanche pourrait en effet activer un arsenal de sanctions visant à dissuader la Turquie de toute extension de cette offensive militaire. “Nous espérons que nous n’aurons pas à les utiliser, mais nous pouvons neutraliser l’économie turque si nécessaire”, n’a pas manqué de rappeler mercredi le secrétaire au Trésor US, Steven Mnuchin. Avant de préciser que Donald Trump était “préoccupé par l’éventualité que des civils, des infrastructures civiles, des minorités ethniques ou religieuses soient pris pour cibles”.

Pour autant, le dispositif américain devrait s’avérer encore plus contraignant puisque “qu’après la Chambre des représentants, dominée par les démocrates, le Sénat a, à son tour, voté jeudi une résolution non contraignante reconnaissant le génocide arménien de 1915 (…) Sur le dossier turc en général, le parlement juge (en effet) Trump et son administration trop frileux vis-à-vis d’Ankara”, relaie Le Figaro.

De son côté, le président turc, Recep Erdogan, a également brandi “son épée de Damoclès” en menaçant l’oncle Sam de “fermer si nécessaire la base américaine d’Incirlik, située dans la sud du pays, à proximité de la Syrie”. Comme le rappelle le média, “ce grand aérodrome militaire, stratégique à plus d’un titre, sert notamment de point de transit entre l’Europe et le Moyen-Orient pour les forces US depuis 1955”.

A suivre…

A lire aussi :

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.